1. Evolution de l’intelligence dans l’ensemble du monde animal (jusqu’à homo sapiens)
  2. Evolution des différences raciales (intra homo sapiens)

1. Evolution de l’intelligence dans l’ensemble du monde animal (jusqu’à homo sapiens)

L’histoire des espèces montre une tendance générale au développement d’une plus grande intelligence. L’évolution des différences raciales d’intelligence chez homo sapiens est une continuation des principes développés ici.

1. Principes généraux de l’évolution de l’intelligence

Deux principes régissent l’évolution et l’augmentation de l’intelligence dans le règne animal.

  1. Le 1er est que de temps en temps les espèces occupent de nouveaux environnements ou niches qui exigent une plus grande capacité cognitive. Lorsque cela s’est produit, ces espèces se sont adaptées en développant des cerveaux plus larges pour permettre une plus grande intelligence.
  2. Le deuxième principe est que les carnivores et les herbivores se sont engagés dans une “course aux armements” dans laquelle les carnivores ont dû devenir plus intelligents pour attraper des herbivores, tandis que les herbivores devaient devenir plus intelligents pour éviter toute capture par les carnivores. Richard Dawkins et John Krebs (1979) ont fourni un compte-rendu utile de ce processus.

Les comparaisons entre espèces en termes de taille du cerveau et d’intelligence sont problématiques, car il existe une forte association entre la taille du cerveau et la taille du corps. La raison en est qu’une grande partie du cerveau est dévolue fonctions du corps, de sorte que les espèces de grande taille ont un grand cerveau. Pour contrôler la taille du corps et pouvoir comparer la taille du cerveau d’espèces différentes, Jerison a conçu le concept du quotient d’encéphalisation (EQ) en tant que mesure de la taille du cerveau par rapport à la taille du corps. Il a établi le QE des mammifères vivants à 1,0 et exprime les QE d’autres espèces éteintes et vivantes par rapport à cette norme. Jerison définit l’intelligence des espèces comme étant leur QE, qui détermine la capacité de traitement de l’information du cerveau.

L’évolution de QE plus élevés à mesure que de nouvelles espèces ont évolué est résumée au tableau 15.1 ci-dessous.

Ces données ont été compilées à partir de Jerison (1973, 2000), Richard Cutler (1976), ainsi que de Paul Harvey et Timothy Clutton-Brock (1985). Les rangées 1, 2 et 3 du tableau montrent qu’il y a 225 millions d’années, les poissons et les reptiles avaient un QE de 0,05 et leur QE n’avait pas augmenté à ce jour.

2. intelligence des mammifères 

L’intelligence dans la ligne 4 du tableau 15.1 montre que le QE des premiers mammifères qui ont évolué il y a environ 225 millions d’années était de 0,25. Il s’agissait d’une multiplication par cinq du QE des reptiles desquels ils ont évolué et constituait le 1er bond en avant en termes d’augmentation du QE et de l’intelligence.

Encéphalisation, QI et Intelligence Humaine

L’explication de ce développement est que les reptiles étaient en grande partie diurnes et s’appuyaient principalement sur la vision pour obtenir des informations sur le monde. Comme chez les reptiles actuels, leur comportement consistait en grande partie en des réponses câblées aux stimuli visuels. Les premiers mammifères étaient de petits animaux de la taille d’un rat et occupaient une niche nocturne, ils dormaient toute la journée et se nourrissaient la nuit. Ce créneau était avantageux car il offrait une protection contre les reptiles prédateurs, mais il présentait le désavantage de rendre la vision gravement inadéquate pour recueillir des informations sur le monde extérieur. Pour surmonter ce problème, les mammifères très nocturnes ont développé leurs sens de l’ouïe, de l’odorat, du toucher et un processeur d’intégration pour obtenir et analyser des informations provenant des trois sens, ainsi que de la vision. Ils ont ensuite pu intégrer les informations obtenues des quatre sens pour identifier les prédateurs, la nourriture et les partenaires de reproduction.

Le développement des capacités de traitement des informations telles que l’audition, l’odorat et le toucher a nécessité l’élargissement des centres cérébraux auditifs, olfactifs et tactiles et le développement d’une capacité d’intégration permettant de combiner les informations obtenues des quatre sens. Ces nouvelles fonctions cognitives ont nécessité une multiplication par cinq du quotient d’encéphalisation par rapport à celui du poisson ou du reptile moyen, passant de 0,05 à 0,25.

Le tableau 5 montre qu’il y a 60 millions d’années, le QE des mammifères moyens est passé à 0,75, ce qui est trois fois supérieur aux 0,25 des premiers mammifères. La ligne 6 montre qu’au cours des 60 millions d’années qui ont suivi, le QE moyen des mammifères a encore augmenté pour atteindre 1,0. Ainsi, pendant les 225 millions d’années qui ont suivi leur première apparition, le QE moyen des mammifères a été multiplié par quatre environ. Cette augmentation est en grande partie imputable au principe de la «course aux armements» entre carnivores et herbivores, chacun exerçant une pression de sélection sur l’autre pour obtenir une plus grande intelligence (et des QE plus élevés pour l’accommoder) .

3. Intelligence des oiseaux

La ligne 7 montre l’apparition des premiers oiseaux il y a environ 150 millions d’années. Le premier oiseau, Archaeopteryx, avait un QE de 0,10, deux fois plus grand que celui des reptiles d’où il avait évolué. Cela représentait le deuxième bond en avant en matière de QE et d’intelligence. Les rangées 8 et 9 montrent qu’il y a 60 millions d’années, le QE des oiseaux était passé à environ 0,75, puis à 1,0 dans les 60 millions d’années qui ont suivi. Ainsi, les oiseaux vivant actuellement ont approximativement le même QE de 1,0 que celui des mammifères actuels.

L’augmentation du QE des oiseaux s’explique par leur vie en grande partie dans les airs. Cela présentait l’avantage d’être éloigné des prédateurs, mais l’inconvénient est que les oisillons nouvellement éclos dans les nids au sommet des arbres devaient être nourris pendant plusieurs semaines jusqu’à ce qu’ils aient suffisamment grandi pour pouvoir voler et se débrouiller seuls. Pour élever leurs oisillons, les parents devaient construire des nids, connaître l’emplacement de leurs nids sur des cartes spatiales de leur terrain, nouer des liens entre les oiseaux mères et pères et coopérer pour nourrir leurs petits et défendre leurs nids contre les prédateurs. Ces tâches nécessitaient évidemment davantage d’intelligence et de capacités d’apprentissage, ainsi qu’un EQ plus élevé que celui requis par les poissons-reptiles, qui ne se soucient pas de leurs petits.

La plus grande intelligence des oiseaux et des mammifères, tels que les chiens et les lapins, a été montrée dans divers examens de tâches expérimentales par Gregory Razran (1971). L’augmentation des QE des oiseaux au fil du temps s’est probablement produite en grande partie grâce à la «course aux armements» opposant prédateurs et oiseaux non prédateurs, chacun exerçant une pression de sélection sur l’autre pour obtenir davantage d’intelligence.

4. Intelligence chez les primages

La ligne 10 montre le QE de 0,75 des premiers primates apparus il y a environ 60 millions d’années à la suite de l’extinction des dinosaures. Le QE des premiers primates était à peu près identique à celui des mammifères et des oiseaux de cette époque. Les rangées 11 à 15 donnent les QE des représentants vivants des premiers primates et mammifères étroitement apparentés aux primates: musaraigne (QE 0.85), potto de Bosmans (QE 1.1), galago (QE 1.2), gentle lemur (0,7) et le lémur noir (Eulemur macaco) (QE 1.6). L’EQ moyen est de 1,1, soit une augmentation d’environ 50% par rapport à celle des premiers primates d’il y a 60 millions d’années. La rangée 16 indique le QE de 1,0 des premiers singes apparus il y a environ 30 millions d’années. Les rangs 17 à 22 montrent les QE de six espèces de singes vivants typiques. Leurs QE varient entre 1,3 pour le Grey Langur et 3,5 pour le capucin à coiffe brune (Cebus apella). Ils ont donc tous des QE plus élevés que les premiers singes d’il y a 30 millions d’années avec un QE de 1,0. La rangée 23 indique un QE de 2,0 pour les premières espèces de singes apparues il y a environ 16 millions d’années.

Les rangées 24 à 28 donnent les QE des cinq espèces de grands singes vivants. Les QE sont de 2,0 (pour les gorilles d’Afrique centrale) 2,1, (siamang d’Asie du Sud-Est et en Indonésie)2,4 (l’orang-outan de Bornéo et de Sumatra) 2,6 (l’empereur d’Afrique centrale) 2,8 (le gibbon larand d’Asie du Sud-Est et Indonésie). Les grands singes (à l’exclusion des humains) ne semblent pas avoir évolué vers un QE supérieur à celui des singes. Le QE moyen des cinq espèces de grands singes est de 2,4, tandis que celui des six espèces de singes est de 2,3. (Il est important de noter que certains de ces QE sont dérivés de nombres assez faibles et peuvent ne pas être strictement exacts à cause des erreurs d’échantillonnage.) L’évolution rapide des QE des singes et des grands singes, de 1,0 à 2,4 sur 30 millions d’années d’existence, est de beaucoup supérieur à celui des autres mammifères et des oiseaux au cours de la même période.

Ce fut le troisième grand saut quantitafif dans l’évolution de la taille du cerveau et de l’intelligence. Deux raisons expliquent cette augmentation rapide du QE.
Premièrement, alors que les primates primitives étaient nocturnes comme les mammifères dont elles sont issues (Byrne, 2002), les singes sont devenus diurnes, vivant le jour et dormant la nuit. Les espèces diurnes dépendent fortement de la vision pour obtenir des informations sur le monde extérieur et, conformément à ce principe, les centres visuels cérébraux ont augmenté de taille chez les singes, ce qui a permis d’accroître la capacité de traitement visuel.
Deuxièmement, alors que les premiers primates étaient solitaires, ils ont ensuite commencé à vivre en groupes sociaux. La vie en communauté présente les avantages de garantir l’utilisation exclusive d’un territoire et de ses ressources, ainsi que de coopérer pour trouver de la nourriture, élever les jeunes et se défendre contre les prédateurs. Le coût est que les individus doivent acquérir des habiletés sociales complexes pour vivre en harmonie avec les autres membres du groupe, qui sont également des concurrents pour la nourriture et les partenaires de reproduction. Le système social de ces animaux consiste généralement en des groupes d’environ 30 à 80, dans lesquels il existe des hiérarchies de dominance dans lesquelles deux ou trois mâles dominants ont plus de nourriture, un seul accès aux femelles lorsqu’elles sont dans l’oestrus et les meilleurs endroits où dormir dans les arbres. Pour conserver leur position, les males dominants forment généralement des alliances pour faire face aux défis posés par les males bêta. Ces hommes non dominants appartiennent au groupe, mais doivent veiller à respecter la position des hommes supérieurs, qui les chasseront sinon du groupe. Néanmoins, les hommes non dominants semblent comprendre que s’ils exercent des habiletés sociales sobres, le moment viendra où les hommes dominants vieilliront, deviendront faibles et mourront et certains d’entre eux pourront les remplacer. Pour conserver leur position dans le groupe en attendant cette éventualité, les singes non dominants doivent faire preuve de retenue et de jugement afin de pouvoir attendre jusqu’à ce qu’ils aient de bonnes chances de réussir à défier et remplacer un homme dominant. Dans le même temps, ils nouent des alliances avec d’autres males non dominants pour conserver leur position dans le groupe et renforcer leurs chances de devenir dominants. L’acquisition de ces compétences sociales nécessite un apprentissage rapide. Ces habiletés sociales sont aujourd’hui appelées «intelligence sociale» et semblent nécessiter un QE (quotient d’encéphalisation) relativement grand pour comprendre et manipuler les relations sociales, observer, apprendre et mémoriser les caractéristiques des autres membres du groupe et empêcher les actions impulsives. Les mâles dotés d’une intelligence sociale élevée finissent par devenir dominants et sont capables de se reproduire, ce qui renforce l’intelligence sociale de l’espèce. Robin Dunbar (1992) a développé la théorie selon laquelle les animaux hautement sociaux avaient besoin d’un QE plus élevé. Chez les primates la taille du groupe social est corrélée à les QE, suggérant que les primates qui vivent dans des groupes plus importants ont besoin d’un QE plus élevé pour gérer les relations sociales plus complexes présentes entre leurs membres. Ainsi, les singes occupaient un nouveau créneau en tant qu’espèces sociales coopératives nécessitant une plus grande intelligence (et des QE plus élevés).

Les singes affichent un niveau d’intelligence élevé compatible avec leurs QE élevés. L’espèce la plus étudiée est le chimpanzé. Dans les années 1920, Wolfgang Kohler (1925) a démontré que, confrontés à un problème difficile, comme récupérer un bananier suspendu au plafond et hors de portée, les chimpanzés peuvent comprendre comment utiliser des boîtes pour construire une plate-forme sur laquelle ils peuvent grimper pour attrapez la banane. Jane Goodall (1986) a montré que les chimpanzés dans la nature apprennent à fabriquer et à utiliser des outils à diverses fins. Ils prennent des bâtons dont ils se débarrassent des tiges latérales, ils les lèchent ensuite pour les rendre collants, les insèrent dans les trous des termitières et des nids de fourmis et mangent les termites ou les fourmis qui y adhèrent. Ils fabriquent  des ciseaux pour ouvrir les nids d’abeilles; ils utilisent des pierres pour former des trous, utilisent des feuilles pour se désaltérer et se nettoyer, ils peuvent également ramasser des morceaux de bois et frapper des prédateurs et des intrus sur leur territoire. Ils disposent également d’un vocabulaire d’environ une dizaine de cris pour transmettre des informations, notamment la présence de prédateurs, l’intrusion sur leur territoire de groupes voisins, la localisation d’un approvisionnement en nourriture, la volonté ou le manque de volonté de partager un aliment, etc. Plus récemment, il a été découvert que les orangs-outans fabriquaient et utilisaient également des outils (Fox, Sitompul et Van Schaik, 1999). Dans les études de laboratoire, seuls les singes peuvent maîtriser des ensembles d’apprentissage à essai unique, dans lesquels différents objets sont présentés et le choix correct varie d’un jour à l’autre.

5. L’intelligence chez les hominidés

Le quatrième bond en avant en matière de QE et d’intelligence a eu lieu avec l’évolution des hominidés. C’est la série d’espèces qui a finalement conduit à l’apparition d’Homo sapiens. Cela a commencé il y a environ quatre millions d’années en Afrique orientale centrale, dans l’actuel Kenya et la Tanzanie, avec l’apparition de l’australopithèque. Viennent ensuite les trois espèces successives d’Homo habilis, d’Homo erectus et enfin d’Homo sapiens. Les époques de ces espèces et leurs QE sont indiqués aux lignes 29 à 32 du tableau 15.1. Le premier des hominidés, les australopithèques, sont composés de plusieurs espèces. Australopithicus afarensis a été le premier à apparaître. Il est issu d’un singe très semblable au chimpanzé. Au cours des deux millions d’années qui suivirent, d’autres espèces d’australopithèques ont évolué, notamment l’Australopithicus africanus, le Paranthropus robustus et le Paranthropus boisei. La raison de l’apparition des australopithèques est que les singes sont adaptés pour vivre dans les forêts, mais en Afrique centrale et orientale, le climat est devenu plus sec, à la suite de quoi une grande partie de la forêt a disparu et a été remplacée par des prairies avec quelques broussailles et quelques touffes d’arbres. Par conséquent, les grands singes de l’Asie centrale et orientale ont dû s’adapter pour survivre dans le nouveau créneau de la savane ouverte. Leurs trois adaptations les plus distinctives furent (1) la bipédie, alors que les grands singes se déplacent normalement en marchant à quatre pattes; (2) leur pouce s’est opposé aux doigts; et (3) leurs QE ont augmenté. Les principaux avantages adaptatifs de la posture verticale étaient que, premièrement, elle leur procurait une meilleure vision permettant de voir les prédateurs à une plus grande distance, deuxièmement, elle permet de parcourir de longues distances pour chercher de la nourriture et, troisièmement, cela libère les mains. La libération des mains et le développement d’un pouce opposable aux doigts ont permis d’utiliser les mains pour transporter de la nourriture jusqu’au camp, pour fabriquer des outils de pierre, pour saisir plus efficacement des pierres et des morceaux de bois et pour les utiliser. Les QE des hominidés ont été multipliés par trois au cours des quatre millions d’années environ, passant de 2,6 à environ 7,5 chez homo sapiens. Il s’agit d’un taux d’augmentation très rapide par rapport aux quelque 56 millions d’années pour que le même taux d’augmentation évolue chez les primates, passant de 0,75 chez les premiers primates il y a environ 60 millions d’années à 2,6 chez les singes et grands singes les plus encéphalés.

L’explication de cette augmentation est que les hominidés entraient dans une nouvelle niche de la savane ouverte dans laquelle la survie était plus exigeante sur le plan cognitif. Les exigences cognitives de la nouvelle niche ont consisté principalement à trouver une variété d’aliments différents et à se protéger des prédateurs. Les australopithèques et les hominidés qui se sont succédés ont continué de vivre principalement des plantes, comme les grands singes desquels ils ont évolué, mais dans la savane ouverte ces plantes sont devenues plus variés et dispersées sur un terrain plus vaste. Pour obtenir ces aliments, ils ont eu besoin de cartes spatiales d’une grande surface, ce qui a nécessité un cerveau plus grand. Les aliments qu’ils mangeaient peuvent être déterminés à partir de l’usure de leurs dents, qui montre qu’ils vivaient essentiellement avec un régime alimentaire composé de feuilles et de fruits et qu’ils mangeaient également des tubercules, des noix, des graines, des graminées et des insectes (Isaac, 1978; Parker et Gibson, 1977; Grine et Kay, 1988; Stahl, 1984). Certains d’entre eux vivaient sur les rives des lacs Baringo et Turkana dans le Kenya actuel. Ils pouvaient ramasser des coquillages et les casser en les frappant avec un caillou qu’ils étaient capables de saisir entre le pouces et les doigts. Les hominidés complétaient leur régime alimentaire avec des plantes et des insectes avec une certaine quantité de viande obtenue par la mort occasionnelle d’animaux. Les babouins et les chimpanzés tuent parfois de petits animaux pour se nourrir, bien que la viande ne soit jamais devenue plus qu’une petite partie de leur alimentation (Strum, 1981). Peut-être les australopithèques et les laterhominidés, Homo habilis, ont-ils fait de même. Ils ont également été des charognards sur les restes d’animaux tués par les lions, les guépards et les léopards. Les sites de Homo habilis contiennent les os de gros herbivores avec des marques de dents de carnivore sur lesquels se sont superposées les marques de pierre taillées par les hominidés. Cela suggère que les grands herbivores ont été tués par des lions, des guépards et des léopards; Ensuite, Homo habilis a nettoyé les os, qu’ils ont cassés pour en extraire la moelle et la cervelle, ce dont les prédateurs félins étaient incapables (Binford, 1985; Blumenschine, 1989). Avec son QE augmenté de 4,3, les Homo habilis sont devenus les premiers hominidés dotés du pouvoir cérébral nécessaire pour fabriquer des outils de pierre à grande échelle. En fabriquant des outils de coupe tranchantes en silex, ils ont fabriqué des lances et des couteaux pour repasser sur les carcasses de grands mammifères tués par des lions, des guépards et des léopards.

En plus d’obtenir de la nourriture, l’autre problème principal des hominidés vivant dans les zones de prairies ouvertes a été de se protéger contre les prédateurs félins. Les singes échappent au danger en grimpant dans les arbres et en se balançant ou en sautant les uns aux autres. Pour les australopithèques et les hominidés plus tardifs dans les prairies ouvertes, cela n’était plus possible. Ils ont dû repousser les lions, les léopards et les guépards en leur lançant des pierres et en les frappant avec des bâtons fabriqués à partir de morceaux de bois recueillis sur les quelques arbres restants. Pour cela, leurs pouces nouvellement développés, qui ont augmenté leur pouvoir de préhension, ont été un grand avantage. Les chimpanzés utilisent parfois des bâtons pour se protéger des prédateurs, mais ils ne recueillent pas un arsenal de bâtons et de pierres à cette fin. Trois pressions de sélection supplémentaires ont été proposées pour augmenter les QE des hominides. Tout d’abord, à un moment donné, des guerres entre groupes se sont développées, au cours de laquelle des groupes victorieux ont généralement tué les hommes des groupes vaincus et repris leurs femmes et leurs territoires. Les groupes victorieux ont tendance à avoir un QI plus élevé que les groupes vaincus, ce qui augmente l’intelligence des survivants. Deuxièmement, Richard Alexander (1989) a suggéré que les individus plus intelligents étaient plus efficaces en tant que fabricants d’outils et chasseurs et possédaient une intelligence sociale accrue, ce qui leur permettait d’augmenter leur fertilité. Troisièmement, Jessica Ash et Gordon Gallup (2007) ont montré que la taille du cerveau, allant d’Homo habilis à Homo sapiens archaïques, augmentait dans les climats plus froids et plus variables à l’écart de l’équateur; ils soutiennent que ceux-ci nécessitaient une plus grande intelligence pour survivre dans ces nouvelles conditions. C’est également le climat et plus spécialement la période glacière principale qui est responsable de l’augmentation de la capacité cranienne et de l’intelligence chez les européens et Est-Asiatiques, comparativement aux races qui n’ont pas été soumise aux pressions de sélection des hivers rudes. Voir Evolution des différences raciales.

6. QI des singes et des hominidés pré-humains

Un certain nombre de tentatives ont été faites pour évaluer l’intelligence des singes et des hominidés pré-humains en utilisant la théorie de Piaget sur le développement de l’intelligence chez les enfants. La théorie de Piaget affirme que les enfants progressent à travers quatre étapes de développement cognitif. Le premier est le stade sensorimoteur de la petite enfance au cours duquel l’enfant apprend les propriétés des objets, de l’espace, du temps et de la causalité. Vers l’âge de deux ans environ, les enfants passent au stade «pré-opérationnel», dans lequel ils acquièrent un langage et des concepts abstraits mais ne sont pas encore capables de comprendre les principes logiques. Cette étape dure jusqu’à l’âge de six ans environ. Dans les sociétés occidentales, les enfants âgés de sept ans environ se dirigent vers l’étape «des opérations concrètes» lorsqu’ils peuvent comprendre les principes logiques, mais seulement de manière concrète. Vers l’âge de douze ans, les enfants entrent dans la quatrième et dernière étape, celle des «opérations formelles», lorsqu’ils deviennent capables de penser logiquement en termes de principes généraux dissociés d’exemples concrets. Les applications de cette théorie à l’intelligence des singes et des pré- humains ont été résumées par Parker et McKinney (1999). Leur conclusion est que la plupart des espèces de singes ne progressent pas au-delà du premier stade de Piaget, elles restent donc au niveau cognitif des humains de deux ans environ. Sur l’échelle de l’intelligence humaine, leur QI serait d’environ douze (12). Les singes les plus encéphalés atteignent l’étape des pré-opérations chez Piaget ce qui correspond au niveau cognitif de l’Européen moyen âgé de trois à quatre ans. Leur QI est d’environ 22. Wynn (1989) a tenté d’estimer le niveau cognitif atteint par les espèces d’hominidés successives sur l’échelle de Piaget. Sa conclusion est que Homo habilis, qui vivait en Afrique de l’Est il y a environ 2,4 millions d’années et fabriquait de simples outils devait atteindre un stade précoce de capacités pré-opérationnelles, à peu près identique à celui des singes (QI de 22). Homo erectus, apparu il y a environ 1,7 million d’années avec un cerveau un peu plus gros, a été capable de créer des outils de pierre plus sophistiqués, comprenant des haches à main bifacées, qui ont nécessité une réflexion opérationnelle concrète telle que celle produite par des Européens contemporains âgés de 7 à 8 ans. On peut en déduire que leur QI était été d’environ 50.

Nous avons retracé l’évolution de l’intelligence dans l’ensemble du monde animal et en sommes arrivés à homo sapiens (schéma récapitulatif ci-dessous).

Evolution de l’intelligence dans le règne animal, les 4 grands sauts quantitatifs (cliquer pour agrandir).

Encéphalisation, QI et Intelligence Humaine

Nous retracerons maintenant la fascinante épopée de l’intelligence chez homo sapiens, avec ses deux catalyseurs principaux: les deux périodes glaciaires.

-La première, entre -70 mille et -50 mille ans.
-La seconde, entre -28 mille et -10 mille ans, période glaciaire principale.

2. Evolution des différences raciales (intra homo sapiens)

La perspective comparative portera sur les dix races d’homo sapiens telles qu’on peut les distinguer génétiquement. (Cavali -Sforza 2000)

1. Africains.
2. Bushmen.
3. Nord Africains et Sud Asiatiques.
4. Sud-Est Asiatiques.
5. Les habitants des iles du pacifique (Pacific Islanders).
6. Les Aborigènes d’Australie
7. Les Européens.
8. Les Extrêmes Orientaux.
9. Les Eskimos.
10. Les Amérindiens.
Conclusion

Table 16.2. Race differences in winter temperatures (degrees centigrade) and brain size.

Würm température désigne la température durant la seconde ère glaciaire, qui fut le principal catalyseur de l’intelligence. La taille du cerveau est en centimètres cubes.

D’après “Race differences in intelligence”, Richard Lynn, université d’Ulster, 2006.
Repris dans “Le quotient intellectuel”, Serge Larivée, université de Montréal, 2008.

Nous allons analyser pour chacune des races où et quand ces différences sont apparues. Commençons par l’homo erectus qui est apparu en Afrique équatoriale il y a 1,7 millions d’années, et y a vécu jusqu’il y a 200 mille ans. Durant cette période, son volume crânien passa de 885 cc à 1186cc (Ruff, Trinkau and Holliday, 1997). La raison de cette augmentation est que l’intelligence des mammifères fut sous une sélection continuelle, les individus les plus intelligents laissant le plus grand nombre de descendants. A la fin de cette période, soit il y a 200 mille ans, homo sapiens est apparu. (Relethford 1988). La qualité de leurs outils suggère que l’homo erectus était doté d’un Q.I d’environ 50. (Age mental d’un Européen de 7-8 ans)

1.    Africains

Durant les derniers 200 mille ans les ancêtres des Africains ont continué à habiter des environnements tropicaux et subtropicaux de l’Afrique subsaharienne. Cet environnement ne fut pas fort demandant d’un point de vue cognitif car les primates se sont adaptés à ce genre d’environnement il y a déjà 60 millions d’années. L’homo erectus fut un grand mangeur de plantes, et il complétait ses repas en se servant sur les carcasses des animaux tués par les lions, les léopards et les guépards. La plupart des Africains vécurent en tant que chasseurs cueilleurs, de la même manière que les populations de chasseurs-cueilleurs des régions tropicales et subtropicales d’aujourd’hui. Leur régime alimentaire est constitué en grande partie de plantes disponibles toute l’année, d’insectes et d’œufs, avec des suppléments occasionnels de viande obtenue par la chasse.

La disponibilité immédiate de plantes comestibles, d’insectes et d’œufs toute l’année signifie que les Africains des régions tropicales et subtropicales n’ont pas du chasser des animaux pour obtenir de la nourriture. En 1966 s’est tenue une conférence d’anthropologues dans laquelle un consensus fut obtenu pour dire que « la viande était de faible importance nutritionnelle dans le régime des Africains (Standford and Bunn, 2001, p.4). En 1999 une conférence similaire eu lieu dans laquelle un consensus se fit établissant que « le régime alimentaire des premiers hominidés était à l’origine constitué de plantes, identique à celui des populations vivant en régions tropicales et subtropicales » (Standford and Bunn, 2001, p.356). De ce fait les Africains n’ont pas eu une pression sélective pour développer une intelligence nécessaire pour des méthodes de chasse, des outils et des armes pour tuer les grandes mammifères.

Qui plus est, la température en Afrique équatoriale varie annuellement entre 17°C et 32°C, de ce fait les Africains n’ont pas rencontré les demandes cognitives de la fabrication de vêtements ou de tentes, de l’établissement et du maintien de feux ou encore la préparation et le stockage de nourriture pour une consommation future. C’était relativement facile de garder les bébés, les enfants et les jeunes enfants en vie puisqu’il n’était pas nécessaire de leur fabriquer des vêtements, et à un âge relativement jeune ils étaient capables d’obtenir de la nourriture par eux-mêmes. Cependant, le cerveau des Africains a augmenté durant les 200 mille dernières années, passant de 1186cc à 1276cc, ceci permit une augmentation de leur intelligence à la valeur actuelle de 71 de Q.I. Cette augmentation se produisit de la même manière que pour homo erectus, grâce à une sélection directionnelle pour davantage d’intelligence, les individus les plus intelligents ayant de plus grandes descendances. Le processus génétique a consisté en une augmentation de la fréquence des allèles pour de plus hauts Q.I par sélection naturelle et est également probablement le fait de quelques mutations pour une plus haute intelligence. Si ces mutations pour une plus haute intelligence sont apparues, elles se sont ensuite répandues dans toute la population parce que l’intelligence confère un avantage sélectif, cependant l’apparition de telles mutations et leurs propagations ne furent pas aussi rapides et importantes que chez les races soumises à des climats froids, parce que la pression de sélection pour une plus haute intelligence n’était pas très forte dans le climat d’Afrique équatorial.

Le niveau d’intelligence qui a évolué chez les Africains fut suffisant pour faire de petits progrès dans la transition de chasseur-cueilleurs vers une agriculture, mais insuffisante pour développer quoique ce soit qui puisse être appelé civilisation avec un langage écrit ou arithmétique, la construction d’un calendrier ou celle de villes avec des constructions en pierre ou d’autres critères évoqués par Baker (1974).

2.    Bushmen

Il y a 100 mille ans quelques groupes d’Africains archaïques ont commencé à migrer vers le sud, où ils ont évolué en bushmen et ont occupé la plupart de l’Afrique du sud. Ils ne sont plus que quelques dizaines de milliers à survivre dans le désert du Kalahari. Durant les derniers 100 mille ans le cerveau des bushmen a augmenté d’environ 10 pourcent pour atteindre un volume de 1270 cc et leur Q.I moyen a augmenté jusqu’à 54. Les conditions de vie des bushmen furent assez semblables à celles des Africains, avec un régime alimentaire essentiellement constitué de plantes. On peut se demander pourquoi les bushmen ont dès lors un Q.I inférieur à celui des Africains (54 et 71 respectivement). L’explication est sans doute que certaines mutations pour une plus haute intelligence sont apparues chez les Africains grâce à leur population beaucoup plus grande, alors qu’elles ne sont pas apparues chez les bushmen du fait de leur nombre nettement plus restreint. Cependant, le cerveau des bushmen n’est que légèrement plus petit que celui des Africains, 1270 cc contre 1276 cc. Ceci nous indique que les allèles mutants pour un plus haut Q.I chez les Africains déterminent des processus neurologiques plutôt qu’une augmentation du volume cérébral.

3.    Asiatiques du Sud et Nord-Africains

Les premiers groupes à migrer en dehors de l’Afrique subsaharienne ont colonisé l’Afrique du nord et l’Asie du sud-ouest il y a 100 mille à 90 mille ans. Entre -90 mille et -60 mille ans, ils ont colonisé l’entièreté de l’Asie du sud. A ce niveau ils furent isolés des Africains par la distance et par le désert du Sahara et évoluèrent donc en une race à part : les Nord Africains et Sud Asiatiques (les MENA en anglais pour Middle-Easterners and North-Africans). Ils rencontrèrent une température semblable à celle qu’on trouve aujourd’hui dans ces régions, avec les hivers les plus froids à 13°C. Il y a 70 mille ans la première ère glaciaire eu lieu dans l’hémisphère nord et dura jusqu’à -50 mille ans. Cette période fut suivie d’une période plus chaude s’étendant de -50 mille ans à -28 mille ans, puis d’une seconde et plus sévère ère glaciaire (la principale ère glaciaire) qui s’étendit de -28 mille ans à -10 mille ans, puis les températures remontèrent à celles que nous connaissons (Roberts, 1989 ; Foley, 1987). Pendant la principale période glaciaire, les températures hivernales en Afrique du nord, en Eurasie et en Amérique du nord tombèrent à 5 °C (Roberts, 1989). Les hivers les plus froids d’Afrique du nord et d’Asie du sud étaient de 7°C.

Survivre durant les périodes glacières a demandé de résoudre toute une série de problèmes nécessitant de la cognition, ce qui a exercé une pression sélective pour une plus grande intelligence que ce qui était requis en Afrique tropicale et subtropicale. Il y eut 5 problèmes majeurs :

-Premièrement : Les plantes ne sont plus présentes en hiver et au printemps, et ne sont pas abondantes en été et en automne. Les insectes et les reptiles ne sont plus non plus disponibles car ils hibernent en climats tempérés. La source principale de nourriture devint alors les grands mammifères comme les antilopes, les cerfs, les chevaux et les sangliers que les hommes durent tuer pour obtenir de la nourriture. Cela a dû être difficile de tuer ces grands mammifères dans les prairies qui recouvrait la majeure partie de l’hémisphère nord durant la dernière époque glacière car il y a une bonne visibilité de plusieurs milliers de mètres et les herbivores ont appris à se méfier des prédateurs approchant. Se battre dans des prairies ouvertes est plus difficile que dans les régions boisées des tropiques ou sub-tropiques, où il y a de nombreux coins ou les chasseurs peuvent se cacher. Les humains provenant d’Afrique équatoriale étaient largement herbivores et n’étaient pas adaptés pour combattre de grands mammifères, cela a donc dû présenter de nouveaux problèmes cognitifs pour eux. Les grands herbivores savent courir vite et sont virtuellement impossible à attraper simplement en courant après eux. La seule manière de tuer ces animaux étaient de faire usage de trappes naturelles dans lesquelles les animaux pouvaient être menés et ensuite tués. Une des trappes naturelles les plus fréquemment exploitée étaient les ravins étroits dans lesquels les bêtes pouvaient être amenées et tomber. Là, des membres de la troupe attendaient en embuscade. Une autre méthode utilisée était les falaises par-delà lesquelles un groupe d’hommes pouvaient amener une troupe d’herbivores, certains d’entre eux tombaient du bord et pouvaient être tués ou suffisamment blessés pour que les autres membres de la troupe les achèvent. Les recherches archéologiques ont montré que de tels pièges furent utilisés par les premiers humains en Eurasie (Geist, 1978 ; Mellars, 1999). La mise au point de telles stratégies coopératives pour tuer et attraper de grands herbivores a dû demander une augmentation des habilités cognitives ainsi que les niveau de coopération.

Il a été montré que dans les populations de chasseurs-cueilleurs, la proportion de nourriture obtenue par la chasse et celle obtenue par la cueillette variait suivant la latitude. Les hommes des zones tropicales et subtropicales sont principalement des cueilleurs, alors que les hommes vivant dans des milieux tempérés pratiquent davantage la chasse, les hommes des zones arctiques et subarctiques obtiennent quant à eux leur nourriture principalement par la chasse et la pêche, forcés qu’ils sont d’obtenir de la nourriture de cette manière puisque les plantes n’étaient pas disponibles, exceptées de petits fruits et des noix en été et en automne (Lee, 1968). Quand les hommes migrèrent dans les régions tempérées d’Afrique du nord et d’Asie du sud, beaucoup de ceux dotés d’un Q.I faible ne survécurent pas aux hivers froids, cela augmenta le Q.I moyen des survivants à la valeur de 84.

-Deuxièmement : La chasse efficace de grands mammifères requière la manufacture d’outils variés à base de pierres, de bois et d’os pour faire des armes et découper les carcasses. Certains de ces animaux devaient être abattus par des armes et des pointes manufacturées dans de la pierre, ce qui demande une préparation préalable et généralement l’établissement d’une pointe de pierre fixée sur le bout d’un bâton. Une fois le grand herbivore abattu, il fallait encore pouvoir le découper en pièces transportables jusqu’au camp pour les femmes et les enfants. Ces animaux avaient la peau dure et d’épais ligaments difficiles à couper, les hommes ont donc dû concevoir une panoplie d’outils. Dans un environnement subarctique les animaux qui étaient tués refroidissaient très vite et devenaient impossible à couper, les chasseurs ont donc dû avoir de bons outils pour couper rapidement, avant que la carcasse ne devienne solide. Les hommes des environnements froids ont eu besoin de plus d’outils de différents types et d’une complexité supérieure, en comparaison des hommes des régions tropicales et subtropicales. Cela a été montré par Torrence (1983), qui a démontré une association entre la latitude et le nombre et la complexité des outils utilisés par les chasseurs cueilleurs contemporains. Il a trouvé que les chasseurs cueilleurs des environnements tropicaux et subtropicaux comme l’Amazonie et la nouvelle guinée avaient typiquement entre 10 et 20 outils  alors que ceux des régions des latitudes plus froides de la Sibérie, de l’Alaska et du Groenland avaient entre 25 et 60 outils différents. De plus, les hommes des environnements plus nordiques font des outils plus complexes, nécessitant l’assemblage de différentes pièces, comme une pointe de flèche de pierre ou d’os à la fin d’un bois.

-Troisièmement: une autre série de problèmes rencontrés par les peuples de l’hémisphère nord a été de maintenir la chaleur. Les hommes eurent à résoudre les problèmes des feux et des abris. Les fouilles archéologiques ont montré que, pendant les siècles de l’ère glaciaire les peuples de Chine et d’Europe ont fait des feux. Pour ce faire, ils ont dû apprendre à faire des étincelles en frottant une pierre contre une autre pour obtenir ces étincelles et enflammer de l’herbe séchée. Ils avaient besoin d’un approvisionnement d’herbes sèches et de bois sec et des déjections animales stockées dans des grottes pour pouvoir entamer leurs feux et ensuite les faire vivre. Cela a nécessité de l’intelligence et de la planification. Les populations d’Afrique sub-saharienne et d’Australie ont également eu le feu, mais il leur était facile d’obtenir des feux dans les régions tropicales et subtropicales, car il y avait des feux spontanés, des feux de brousse allumés. Les problèmes du déclenchement des feux ont été beaucoup plus complexes en Eurasie et en Afrique du Nord que dans l’hémisphère tropical et subtropical.

-Quatrièmement: un problème supplémentaire pour retenir la chaleur fut la nécessité de confectionner des vêtements et des tentes en cousant ensemble des peaux animales. Cela nécessitait l’assèchement et le traitement de peaux de grands herbivores et la fabrication d’aiguilles à partir d’os et de fil pour coudre les peaux ensemble pour faire des vêtements et des chaussures. Certains hommes ont profité de la chaleur des grottes mais dans des endroits où il n’y avait pas de grottes ils ont utilisé des peaux cousues ensemble pour faire des tentes ressemblant aux yourtes qui sont toujours fabriquées en Mongolie (Gelst, 1978; Mellars et a1., 1999).

-Cinquièmement: le dernier problème pour les populations des régions tempérées et froides fut le stockage des aliments. Cela était nécessaire parce que quand ils avaient tué et démembrés plusieurs grands mammifères, ils ne pouvaient pas manger tout en quelques jours et ils ont eu besoin de les conserver pour une utilisation future.
Certains animaux qui pouvaient être mis à mort étaient des migrateurs qui apparaissent dans tel ou tel emplacement pour de courtes périodes de temps chaque année. Cela offrait des possibilités de tuer un grand nombre d’entre eux, un trop grand nombre pour la consommation immédiate, mais ils pouvaient ensuite être stockés pour une utilisation future. Un exemple est le renne qui migre régulièrement sur de longues distances à certaines époques de l’année. Dans de nombreux cas elles suivent les itinéraires de l’année, de sorte que leurs apparitions pouvaient être prédites par les premiers humains qui avaient acquis une connaissance des saisons et du calendrier à partir d’observations astronomiques. Une autre espèce migratoire fut le saumon, qui émigre en grand nombre à une certaine époque de l’année dans la mer et les rivières. Beaucoup de ces rivières sont peu profondes et il n’est pas trop difficile d’attraper un grand nombre de saumons qui remontent le courant. Il est également possible de les attraper dans les filets, dont la construction fut un autre problème sur le plan cognitif pour les peuples de l’Eurasie. Ces peuples devaient être en mesure d’anticiper les arrivées de ces troupeaux migrateurs et des poissons pour tuer un grand nombre d’entre eux.

Dans les environnements très froids le problème du stockage de la nourriture pouvait être résolu pour une partie de l’année par les glacières naturelles, qui servaient de congélateurs pour la conservation des carcasses. Une autre solution a consisté à couper en fines tranches et à sécher. Cette technique nécessite d’être correctement faite pour que la nourriture puisse demeurer comestible pendant un temps considérable, mais si c’est mal fait la nourriture devient toxique. Certains des moins intelligents, incapables de faire cela correctement, sont morts d’intoxication alimentaire. Cela a été une des nombreuses pressions de sélection agissant pour augmenter l’intelligence des peuples colonisateurs de la niche des milieux tempérés et froids. Il a été suggéré par Miller (1991) que le stockage de la nourriture aurait également exigé la formulation de règles de rationnement pour la consommation et que cela aurait entraîné le développement de l’arithmétique. Chez les chasseurs-cueilleurs contemporains, il a été démontré par Binford (1980, 1985) qu’il existe une relation entre la quantité de stockage de la nourriture et la température de l’environnement dans lequel ils vivent. Plus les environnements sont froids, plus ils stockent les aliments pour la consommation future.

En plus de ces cinq problèmes cognitifs de survie dans l’hémisphère du Nord, une pression de sélection supplémentaire pour l’augmentation intellectuelle de ces peuples fut l’opération de sélection sexuelle par les femmes. En Eurasie, les femmes sont devenues entièrement dépendantes des hommes une grande partie de l’année pour obtenir de la nourriture pour elles-mêmes et leurs enfants. En Afrique et dans l’hémisphère sud, où des plantes et des insectes sont disponibles toute l’année, les femmes sont relativement indépendantes des hommes. Même les femmes ayant des nourrissons et jeunes enfants à charge peuvent les prendre avec elles dans des voyages pour se nourrir, ou ont pu les laisser à la charge d’autres femmes pour quelques heures alors qu’elles allaient recueillir des plantes. Il était plus difficile et souvent impossible pour les femmes ayant des nourrissons et des jeunes enfants dans l’hémisphère nord de sortir à la chasse dans des expéditions qui pouvaient durer plusieurs jours, et nécessitaient de tuer et dépecer de grands mammifères, puis d’en ramener des morceaux au camp.

L’effet de tout cela a été que les femmes dans l’hémisphère nord sont devenues dépendantes des hommes pour leurs survies. Elles ont donc opéré une sélection pour n’accepter de s’accoupler qu’avec les hommes intelligents, bons à la chasse et la fabrication d’outils et d’armes. L’effet de cette sélection sexuelle par des femmes a été que les hommes intelligents ont eu plus d’enfants, ce qui a accru l’intelligence du groupe.

Un autre effet de la plus grande dépendance des femmes vis-à-vis des hommes en Eurasie a été que les hommes et les femmes sont devenus psychologiquement plus étroitement liés. Ceci explique pourquoi les mariages et les relations non maritales de l’Europe et des peuples d’Asie orientale sont plus stables que ceux des Africains (Lynn, 2002).
Pour survivre dans l’environnement froid de l’hémisphère nord, il a fallu une augmentation de l’intelligence générale, définie comme une aptitude générale de résolution de problèmes et dans la capacité d’apprentissage, et dans la plupart des aptitudes cognitives primaires dont l’intelligence générale est composée, une forte capacité de raisonnement fut nécessaire pour résoudre les problèmes nouveaux rencontrés dans les latitudes froides du nord tels que la construction d’abris et de feux, la confection des vêtements et la fabrication d’outils plus efficaces pour la chasse et le dépeçage. Une amélioration de la capacité verbale fut nécessaire pour une meilleure communication dans les discussions sur la façon de résoudre ces problèmes, la planification des activités futures, et pour transmettre les connaissances acquises et les compétences culturelles aux enfants.

Une amélioration de la capacité de visualisation fut nécessaire pour planifier et exécuter des stratégies de groupe de chasse utilisant des lances, et pour la fabrication d’outils plus sophistiqués et des armes de pierre, d’os et de bois. Les pères ont montré à leur fils comment produire de bons outils de coupe et comment  faire de bonnes lances à pointes et ces compétences furent transmises en grande partie par imitation, tout comme le savoir-faire artisanal est appris par les apprentis d’aujourd’hui en regardant les artisans qualifiés, plutôt que par des explications verbales. La chasse et la fabrication d’outils aurait été entreprises principalement par les hommes, et ce serait pourquoi il a pratiquement toujours été trouvé que les capacités visuo-spatiale sont plus fortes chez les hommes que chez les femmes (Linn et Peterson, 1986).

Les pressions de sélection pour augmenter l’intelligence dans les milieux tempérés de l’Afrique du Nord et d’Asie du Sud, plus tard dans l’environnement subarctique de l’Europe et de l’Asie du Nord, ont agi sur les hommes et les femmes. La pression de sélection sur les hommes pour une plus grande intelligence était nécessaire pour aller en expédition de chasse et pour tuer de gros mammifères, ainsi que pour apporter les outils nécessaires pour la chasse et pour le dépouillement et la découpe en morceaux. Cela aura nécessité d’améliorer l’intelligence spatiale et le raisonnement, qui est plus important en moyenne chez les hommes (Lynn et Petersen, 1986; Lynn et Irwing, 2004). Les femmes auraient eu besoin de renforcer l’intelligence générale pour lancer et entretenir des feux et conserver des aliments, leur stockage et leur consommation future, et elles avaient la responsabilité de garder les bébés et les jeunes enfants vivant en les gardant au chaud.

Les processus génétiques survenant en Afrique du nord et en Asie du sud furent une augmentation des fréquences des allèles pour une plus grande intelligence (par sélection naturelle) et sans doute l’apparition de nouvelles mutations pour une plus grande intelligence et leur diffusion à travers la race.
Le scénario le plus probable est que l’intelligence des Nord-Africains et des Asiatiques du Sud (MENA) a augmenté au cours de chacune des deux périodes glaciaires. La première s’est déroulée environ entre -70.000 et -50.000 ans et la seconde entre environ -28.000 et -10.000 ans.

L’augmentation de l’intelligence à la fin de la première de ces deux âges de glace peut être déduite par leurs outils plus sophistiqués et d’autres objets (Stringer et McKie, 1996, p. 185-187). Toutefois, leur intelligence n’a pas augmenté suffisamment pour qu’ils soient en mesure de faire la transition néolithique de chasseurs-cueilleurs à l’agriculture sédentaire. Une nouvelle augmentation de l’intelligence eu lieu pendant la deuxième période glaciaire majeure. La sévérité du climat au cours de cette période fut une pression de sélection importante qui augmentera le cerveau des Sud-Asiatiques et des Africains du Nord jusqu’à 1342 cc et leur QI jusqu’à 84. Ceci fut suffisant pour leur permettre de faire la transition néolithique à l’agriculture sédentaire, puis ensuite pour construire les premières civilisations le long des vallées du Nil, du Tigre, de l’Euphrate, et l’Indus, dans laquelle ils ont développé des villes, des langues écrites, de l’arithmétique, des systèmes juridiques et tous les critères d’une civilisation.

4. Southeast Asians

Des peuples d’Asie du Sud ont migré en Asie du Sud-est il y a environ 70.000 ans et ont évolué en Asiatiques du Sud-Est. Cette région jouit d’un climat tropical et subtropical où la température la plus froide en hiver est d’environ 24 ° C. Ces peuples ont atteint cette région avant le début des périodes glaciaires qui ont peu d’effet en Asie du Sud.

Cependant, leur QI de 87 est plus élevé que celui des Nord-Africains et des Asiatiques du Sud (84) desquels ils ont évolué. L’explication la plus probable est qu’il y a quelques mélanges avec des asiatiques de l’est, qui ont émigré vers le sud et croisé les populations autochtones. Il y a eu des migrations substantielles des Asiatiques du Sud-Est en Asie. Ainsi, aujourd’hui à Singapour, 76 pour cent de la population est chinoise, en Malaisie, 30 pour cent de la population est chinoise, et il existe d’importantes minorités de Chine au Cambodge et en Thaïlande (Philippe, 1996). Ces Asiatiques de l’Est se sont croisés avec les peuples autochtones et cela a produit une population hybride. En raison de cette migration et des inter-accouplements, les peuples d’Asie du Sud sont étroitement liés génétiquement à ceux du sud de la Chine (Cavalli-Sforza, Menozzi, et Piazza, 1994, p. 78). Le mélange chinois dans les Asiatiques du Sud a mis en place dans leurs génomes certains des allèles d’une grande intelligence et leur QI s’est élevé à 87.

Ce Q.I des Asiatiques du Sud-Est a permis de faire la transition néolithique de chasseurs-cueilleurs à l’agriculture sédentaire, puis de construire des civilisations modérément impressionnantes autour de 0-1,000 AD. Ces civilisations apparaissent un peu plus tard que celles des Asiatiques du Sud et du Nord de l’Afrique car les vallée en Asie du Sud ont été densément boisées et n’ont pas de plaines disponibles à partir desquelles l’agriculture peut être produite pour soutenir les premières civilisations de la Mésopotamie, de l’Egypte, et de Chine. Cependant, à partir de 1000 PCN, leur QI ne fut pas suffisant pour être en mesure de concurrencer économiquement ou en sciences et technologie les Européens et les Asiatiques de l’Est.

5. Pacific Islanders

Il y a seulement 6000 ans, certains Asiatiques du Sud-Est ont commencé à migrer dans les îles du Pacifique, où ils ont évolué en Pacific Islanders. Leur QI de 85 n’est pas significativement différent de celui de 87 des Asiatiques du Sud-Est à partir desquels ils ont largement évolué, et est également plus élevée que ne le laisserait prévoir les climats bénins, où la température la plus froide en hiver mensuel est d’environ 24 ° C. L’explication est un mélange avec des Asiatiques de l’Est qui ont émigré vers le sud et se sont croisés avec les populations autochtones. La présence d’ascendance significative Est asiatique chez les insulaires du Pacifique est corroborée par leurs petites dents (Brace et Hinton, 1981). Contrairement aux Asiatiques du Sud-Est, les Pacific Islanders n’ont fait que des progrès modérés dans la transition du Néolithique à l’agriculture sédentaire et aucun progrès dans le développement de civilisations. L’explication est que leur population a été très faible, quelques milliers, éparpillés sur des îles éloignées et séparées par de très grandes distances. Il n’y a que les Maoris qui ont eu un grand territoire en Nouvelle-Zélande, mais ils n’ont colonisé les îles qu’en l’an 800 et n’ont pas eu suffisamment de temps pour produire une grande population et faire une transition néolithique complète, pour commencer à construire une civilisation.

.

6. Aborigènes d’Australie

Certains des peuples d’Asie du Sud et d’Asie de l’Est ont émigré dans les îles de l’archipel indonésien et sont arrivés en Nouvelle Guinée il y a environ 65.000 ans. Il Ya environ 60.000 années certains de ces peuples ont émigré en Australie, où ils ont évolué en Aborigènes Australien (Bradshaw, 1997). Un peuple étroitement lié survécu dans les hautes terres de Nouvelle-Guinée comme les aborigènes de Nouvelle-Guinée.

Les ancêtres des aborigènes d’Australie et les Néo-Guinéens n’ont jamais été exposés aux hivers rigoureux qui ont commencé en Asie du Sud avec le début de la première ère glaciaire il y a environ 70.000 ans. A cette époque, ils auraient été en Asie du Sud, en Indonésie ou en Nouvelle-Guinée, qui se trouvent sur l’équateur ou près de lui. Ils n’ont pas non plus été touchés par la période glaciaire principale. Ainsi, les Aborigènes d’Australie et les Néo-Guinéens ont les caractéristiques morphologiques d’un peuple qui a évolué dans des environnements tropicaux et subtropicaux et n’ont jamais été exposés à un climat tempéré. Ils sont similaires aux Africains de par leur peau sombre, leurs nez épatés, leurs longues jambes, tronc mince, et de grandes dents.
Comme les autres peuples qui ont évolué dans des environnements tropicaux et subtropicaux, les Néo-Guinéens et les aborigènes australiens ont réussi à vivre grâce aux aliments végétaux, aux insectes et aux œufs tout au long de l’année.

Lorsque les aborigènes d’Australie ont été étudiés dans le désert de l’Australie occidentale au XXe siècle il a été constaté qu’ils obtenaient 70-80 pour cent de leur nourriture à partir de plantes et le reste  à partir d’œufs et d’insectes. Ils n’avaient pas de technique de chasse (Gould, 1969). Il a été estimé que le peuple Gadio, une tribu de Néo-Guinéens, obtenait 96 pour cent de sa nourriture à partir de plantes et seulement 4 pourcent de par la viande (Dornstreich, 1973). La disponibilité d’aliments végétaux pendant toute l’année, de concert avec les insectes et les œufs, indique que les peuples autochtones en Nouvelle-Guinée tropicales et subtropicales et de l’Australie n’ont jamais eu à compter sur la viande pour leur approvisionnement en nourriture et n’ont pas eu de fortes pression de sélection pour développer les capacités cognitives requises pour chasser de grands animaux. Ils n’ont pas non plus eut besoin de faire des vêtements pour se réchauffer. « les Tasmaniens habituellement étaient nus » (Coon, 1967, p. 114). C’est ce qui explique pourquoi leur intelligence et la taille de leur cerveau sont faibles. Un QI de 62 et une taille moyenne du cerveau de 1225 cc. Ces tailles sont un peu plus basses que celles des Africains avec leur QI de 71 et la taille de leurs cerveaux de 1.280 cc. L’explication la plus probable est que les Africains ont une population beaucoup plus vaste dans laquelle les mutations pour plus d’intelligence avaient de plus grandes chances de se produire, alors que les aborigènes d’Australie ont été beaucoup moins nombreux. Le nombre d’autochtones dans les hautes terres de Nouvelle-Guinée est d’environ un quart de million. Le nombre d’Aborigènes australiens au XVIIIe siècle lorsque les premiers Européens sont arrivés est estimé à environ 300 mille. Dans une population aussi réduite la probabilité de nouvelles mutations survenant pour une plus grande intelligence était faible et l’isolement géographique des Aborigènes d’Australie et de Nouvelle Guinée aura empêché l’acquisition de mutations d’autres races.
Lorsque les Européens ont découvert les aborigènes à la fin du XVIIIe siècle, ils ont trouvé les aborigènes à un niveau primitif de développement culturel. « Leur culture en était à l’Age de la pierre, la culture a été (et est toujours) sans poterie, sans agriculture, ou métaux » (Cole, 1965, p. 82). Ils n’ont pas planté des semences pour cultiver des aliments ou élever des troupeaux d’animaux (Elkin, 1967). Ils ne conservent pas d’aliments pour la consommation future. Comme décrit par Bleakley (1961, p. 78), « l’indigène semble n’avoir aucune idée de l’approvisionnement contre la faim. » Thomas (1925, p. 295) décrit l’Aborigène comme « un nomade, qui ne connaît ni la poterie, ni le travail des métaux, n’a pas d’animaux domestiques, le dingo est au plus apprivoisé et il n’aime pas cultiver le sol, il se nourrit au jour le jour des serpents et des lézards, de larves, et de légumes simples.  » « Leur principaux instruments sont la hache de pierre emmanchée et le couteau, et des microlithes. Leurs armes se composent de clubs et de lances. Les femmes utilisent le bâton à déraciner l’igname et autres racines « (Cole, 1965, p. 83). Ils n’ont jamais inventé ou acquis l’arc et la flèche (Coon, 1967). Plusieurs des explorateurs de Colombie des anthropologistes qui ont étudié les Aborigènes au XIXe siècle ont conclu qu’ils avaient un faible niveau d’intelligence: «ils ne sont encore que des enfants dans leur développement mental» (Wake, 1872, p. 80). Leurs langues manquait de chiffres à l’exception des numéros un et deux: «un et deux représente l’étendue de leur nombres » (Crawfurd, 1883, p. 170). Leurs langues sont également très faibles en concepts abstraits et «pauvre en noms collectifs » (Curr, 1886, p. 20), indicatif de l’incapacité à formuler des concepts généraux qui est l’une des principales caractéristiques de l’intelligence. Les Aborigènes ont toutefois fait des dessins primitifs qui survivent dans l’abri sous roche Jinmiun dans les Territoires du Nord et qui ont été datés à environ -58.000 ans (Bradshaw, 1997).
Diamond (1997, p. 309) attribue l’échec des Aborigènes d’Australie à domestiquer des animaux ou pour développer l’agriculture à « l’absence d’animaux domesticable, la pauvreté des plantes domesticables, et des sols et un climat difficile », mais sur la page d’à côté il nous dit que l’igname, le taro ou l’arrow-root (dictame) sont à l’état sauvage dans le nord de l’Australie et pourrait avoir été planté, et il y a deux herbes sauvages qui auraient pu être cultivées pour produire des céréales. Le kangourou et le dingo aurait pu être domestiqués par la reproduction sélective sur un certain nombre de générations. Le climat de l’Australie est vert et varié et en dehors des déserts de la région centrale, il est propice à l’agriculture qui a été développé au cours des XIXe et XXe siècles par les Européens.

Les Tasmaniens ont un niveau encore inférieur de développement culturel que les aborigènes du continent Australien. L’anthropologue Russe Vladimir Kabo (1995, p. 603) a écrit qu’ils sont «la seule société qui persiste à un stade paléolithique jusqu’au début de la colonisation européenne » Le capitaine William Bligh a visité la Tasmanie en 1788 et les a décrits comme des chasseurs-cueilleurs nomades qui «avait des wigwams misérable, dans lesquels on ne trouvait que des peau de kangourous étendues sur le sol», «ils se déplacent d’un AREC à l’autre, recherchent de la nourriture sur leur passage, la recherche de baies et de fruits et les graines des arbustes constituent leur alimentation et « ils allaient généralement nu, mais parfois drapés d’une peau de kangourou sur leur corps (Bowdler et Ryan, 1997, pp. 313-326). Ils sont le seul peuple qui n’a jamais découvert comment faire du feu (Gort, 2002). Ils étaient parfois en mesure d’obtenir le feu des buches de brousse. Ils n’ont jamais inventé le dispositif de l’emmanchement d’une pierre pointue dans un puits en bois pour faire une lance ou une hache (Ryan, 1992).

Lorsque les Européens ont découvert les Néo-Guinéens aux XVIIe et XVIIIe siècles, ils les trouvèrent à un stade un peu plus avancés de développement culturel que les aborigènes d’Australie. Les Néo-Guinéens sont en grande partie des chasseurs-cueilleurs, mais ils avaient un peu d’agriculture consistant en la plantation d’ignames et de bananes, et ils ont domestiqué les poules. Mais « jusqu’à ce que les Européens ne commencent à les coloniser, les Néo-Guinéens étaient des non-lettrés, dépendants des outils de pierre, et politiquement non encore organisés en Etats, ou (à quelques exceptions près) chefferies» (Diamond, 1997, p. 299). Suite à la colonisation européenne, certains d’entre eux ont emménagé dans des villages et d’autres sont restés dans les zones rurales. Les Européens ont construits des écoles dans les villes et les villages et les internats ont été créés pour ceux des zones rurales, bien que certains enfants des zones rurales ne fréquentent pas l’école. Kelly (1977) décrit le style de vie des ruraux typiques du village et des tribus en Papouasie-Nouvelle-Guinée dans les années 1970. Ils ont vécu en grande partie par subsistance, agriculture sur brûlis effectués principalement par des femmes. Les hommes pratiquent certaines activités de chasse, et certains d’entre eux travaillaient dans les plantations de café gérées par les Européens. Les vêtements se composent de jupes faites de feuilles et d’écorce. Certains de ces tribus avaient des systèmes de comptage qui leur a permis de compter jusqu’à un millier tandis que d’autres avaient seulement des mots pour «un», «plus que un», et «beaucoup». La principale raison pour laquelle les Néo-Guinéens étaient un peu plus avancés que les Aborigènes d’Australie est que les régions côtières de l’île ont été atteintes par les Asiatiques du Sud, qui ont apporté avec eux le taro, une racine comestible qu’ils cultivaient, et ils ont également apporté des poules domestiquées. Les Néo-Guinéens ont adopté certaines de ces innovations culturelles, mais n’ont jamais développé tout ce qui pourrait être appelé une civilisation avec des villes, des bâtiments substantiels, la métallurgie, une langue écrite, ou l’arithmétique.

7. Européens

Quelques-uns des peuples qui ont colonisé le Proche-Orient entre 100.000 et 90.000 ans ont migré vers le nord et il y a environ 60.000 ans ont atteint le Caucase, à partir duquel ils se sont répandus dans l’Ukraine, puis, il y a environ 40.000 ans, en Europe centrale et occidentale. D’autres peuples de l’Asie du Sud-Ouest ont commencé à coloniser l’Europe du Sud-Est en Anatolie. Ces peuples ont évolué en Européens avec leurs peaux pale et, dans le nord de l’Europe, leurs cheveux blonds et les yeux bleus. Les Européens furent isolés des Sud-Asiatiques et des Nord-africains (MENA) par la mer Méditerranée, et à l’est par les mers Noire et Caspienne, les hautes montagnes du Caucase et de l’Himalaya et le désert de Kara Koum au Turkménistan. Dans la principale période glaciaire, qui a duré environ de 28.000 à 10.000 ans, les hivers étaient nettement plus rudes que ceux de l’Asie du Sud avec le mois le plus froid d’hiver tombant à environ -5 ° C. Le terrain en Europe est devenu semblable à celui de l’Alaska et de la Sibérie. Le nord de l’Angleterre, l’Allemagne, Russie, et l’ensemble de la Scandinavie ont été recouvert d’une couche de glace permanente et le reste de l’Europe étaient des prairies froides et de la toundra avec quelques bouquets d’arbres dans des endroits abrités.

Ces hivers froids ont été la pression de sélection principale pour une augmentation de la taille du cerveau et de l’intelligence des Européens, poussant la croissance cérébrale jusqu’à 1369 cc et leur QI jusqu’à 99. Exprimant l’augmentation de la taille du cerveau sous forme de quotient d’encéphalisation (EQ) pour contrôler la taille du corps, Cutler (1976) a estimé que l’Européen avant la période glaciaire principale avait un Q.E de 7,3 et à la fin de la glaciation un QE de 8.1. Quand la glace qui recouvrait l’Europe du Nord a reculé il y a 10.000 ans les Européens avec leur intelligence accrue ont été en mesure de faire la transition du Néolithique à l’agriculture sédentaire. Toutefois, malgré leur QI élevé, ils n’étaient pas en mesure de développer les premières civilisations comme celles construites par les Sud-Asiatiques et les Nord-Africains parce que l’Europe était encore froide, couverte de forêts, les sols étaient difficiles à labourer et il n’y avait pas de plaines pour verser des dépôts alluviaux très fertiles à partir desquels des excédents agricoles peuvent être obtenues et appuyer une civilisation urbaine et une classe d’intellectuels (Landes, 1998). En -2500 les Européens ont surmonté ces problèmes dans le climat relativement propice de l’Europe du Sud, où ils ont développé les premières civilisations européennes, en Crète et en Grèce. En – 700 les Italiens ont commencé à construire une civilisation qui allait devenir l’empire romain et en 200 après JC embrassé l’ensemble de l’Europe de l’ouest du Rhin, y compris le bassin du Danube, le Proche-Orient et l’Afrique du Nord. Ces premières civilisations européennes en Grèce et à Rome ont dépassé celles des Sud-Asiatiques et des Nord-Africains en sciences, mathématiques, technologie, littérature, philosophie et arts. L’Empire romain d’Occident s’est effondré en 455 après JC et la culture européenne a subi un revers dans les âges sombres qui ont suivi, mais à partir de l’an 1000 de notre ère elle revit et les Européens sont devenus le premier peuple dans pratiquement tous les domaines de la civilisation. Ceci est largement documenté par Murray (2003).

Les processus génétiques par lesquels le QI des Européens a évolué ont consisté en des changements dans la fréquence des allèles vers une plus grande proportion d’allèles pour une grande intelligence et probablement aussi par l’apparition de nouvelles mutations pour une plus grande intelligence et la propagation rapide de ces mutation avantageuses dans la population. La probabilité de nouvelles mutations pour une meilleure intelligence chez les Européens a été augmentée par le stress du froid extrême à laquelle les Européens ont été exposés.

Le Q.I moindre, dans la fourchette de 90 à 94 en Europe du Sud est probablement imputables à certains flux de gènes entre les moyen-orientaux et les Européens à travers le détroit des Dardanelles et la mer Égée et la production d’une population d’hybrides dans les Balkans dont le QI est intermédiaire entre celui des Européens ( 99) et celui des Asiatiques du Sud (84). Le métissage est présent en Turquie où le QI d’environ 90 n’est que légèrement inférieur à celui des Balkans.

8. Asiatiques de l’est (Chine, Japon, Taïwan, Corée)

Des peuples du Sud et d’Asie centrale ont commencé à coloniser l’Asie du Nord entre -60.000 et -50.000 ans, où ils ont évolué en Asiatiques de l’est. Les Asiatiques de l’est étaient très isolés des Européens par le désert de Gobi à l’ouest et des Sud-Asiatiques par l’Himalaya au sud. Les hivers à laquelle ils ont été exposés étaient beaucoup plus sévères qu’en Asie du Sud et un peu plus sévère qu’en Europe, avec des températures en hiver à environ -12°C pendant la glaciation principale. Les raisons de l’hiver plus froid par rapport à l’Europe est que l’Asie du Nord constitue une masse beaucoup plus grande de terres alors que l’Europe est beaucoup plus petite, de ce fait l’Europe est réchauffé par les vents dominants de l’ouest de l’Atlantique. C’est en réponse aux hivers froids que les Asiatiques de l’Est ont évolué avec des adaptations au froid telles qu’un nez aplati pour éviter les engelures, de petites jambes et un tronc épais pour conserver la chaleur, une couche de graisse sous-cutanée qui donne à la peau une apparence jaunâtre, de rares poils de visage chez les hommes (parce que la barbe abondante gèlerait et produirait des engelures), et des yeux bridés afin d’atténuer l’effet d’éblouissement de la lumière réfléchie par la neige et la glace. Les hivers rigoureux aurait agi comme une forte sélection pour l’intelligence et a fait monter le QI des peuples d’Asie orientale à 105. Les processus génétiques en cause étaient probablement une hausse dans les fréquences des allèles pour une plus grande intelligence par sélection naturelle et aussi de nouvelles mutations pour une plus grande intelligence résultant du hasard et de stress dû au froid sévère. De nouvelles mutations pour une intelligence visuo-spatiale améliorée sont apparues chez les Asiatiques de l’est et se sont répandues dans la population parce qu’ils ont été utiles pour la chasse, la fabrication d’outils, et la navigation sur de longues distances à travers un terrain sans relief.
Comme chez les Européens, il est probable que la plupart de l’augmentation de l’intelligence chez les Asiatiques de l’est s’est produite pendant la glaciation principale. Cela aura agi comme la pression de sélection pour une plus grande taille cérébrale et doit avoir conduit leur QI jusqu’à sa valeur actuelle de 105. Ce n’est qu’après la fin de la glaciation de Würm que leur intelligence a atteint le niveau auquel ils ont pu faire la transition du Néolithique à l’agriculture sédentaire pour ensuite construire la civilisation de la vallée du fleuve Jaune et les développements ultérieurs des civilisations en Chine, au Japon et en Corée. De 0 à 1500 après JC, les Chinois ont construit des civilisations impressionnantes qui ont été, à certains égards en avance sur celles de l’Europe. Par exemple, les Chinois ont inventé l’imprimerie, le papier, le papier-monnaie, la poudre à canon, la boussole, et la construction de chaînes avec des serrures plusieurs siècles avant les Européens. Au cours de la période allant de 1500 à nos jours, cependant, le bilan intellectuel de l’Asie de l’Est fut moins impressionnant que celui des Européens. Les historiens considèrent cela comme une question majeure pour laquelle il n’existe aucun consensus. Un facteur est peut être que les Asiatiques de l’Est ont développé un plus haut degré de conformité sociale que les Européens, documenté par Allik et Realo (2004), ce qui s’exprime également dans leur faible niveau de personnalités psychopathiques. Un faible niveau de conformité sociale et une part de personnalités psychopathiques semblent être des ingrédients dans la réalisation créatrice parce qu’ils réduisent l’anxiété d’une désapprobation sociale et semblent faciliter la génération d’idées originales qui sont exigés pour les niveaux les plus élevés de la découverte scientifique. Un autre facteur suggéré par Weede et Kampf (2002), est que dans une grande partie de son histoire, la Chine était un état unique autocratique et les dirigeants ont réussi à réprimer les libertés, y compris la liberté de penser, ceci était plus efficace que chez les dirigeants des nombreux états européens, qui ont été contraints par la concurrence de concéder des libertés à leurs peuples.

9. Peuples de l’Arctique (Esquimaux)

Quelque part entre -50,000 et -40,000 des peuples archaïques d’Asie ont migré dans l’extrême nord de l’Asie où ils ont évolué en Esquimaux. Ces peuples ont évolué en une race à part parce qu’ils étaient géographiquement isolés de l’Asie de l’Est, au sud, par le Tcherski élevé, Khrebet, Khingan, et les montagnes Sayan, et environ un millier de miles de forêt au nord du fleuve Amour. Les peuples du nord ont connu les conditions les plus sévères avec les plus froides températures d’hiver à environ -15 ° C et tombant à environ -20 ° C pendant la glaciation de Würm principale. En réponse à ces hivers froids, les peuples de l’Arctique ont évolué avec des adaptations morphologiques au froid plus prononcées que celles de l’Asie, comprenant le nez épaté, les jambes courtes et tronc épais, la couche de graisse sous-cutanée qui donne à la peau une apparence jaunâtre, et l’hybridation des yeux. On s’attendrait à ce que ces hivers rigoureux aient agi comme une forte sélection pour une intelligence accrue, mais cela ne s’est à l’évidence pas produit parce que leur QI est de seulement 91.

L’explication est qu’ils ne constituent qu’une toute petite population. A la fin du XXe siècle ils n’étaient qu’environ 56.000 par rapport à environ 1,4 milliard d’Est-Asiatiques. Bien qu’il soit impossible de faire des estimations précises de la taille des populations pendant la glaciation principale, il ne fait aucun doute que les Asiatiques ont été beaucoup plus nombreux que les peuples de l’Arctique. L’effet de la différence de taille de la population aura été que des mutations pour une plus grande intelligence avaient beaucoup moins de chance d’apparaitre chez les eskimos. Les Asiatiques de l’est comprennent les Chinois, les Coréens et les Japonais, ils ont formé une population unique de reproduction dans laquelle les allèles mutants pour une haute intelligence se sont répandus, mais n’ont pas été transmis aux peuples de l’Arctique isolés par de hautes montagnes et la longue distance. Les peuples de l’Arctique ont cependant évolué vers une plus grande taille de cerveau, supérieure à celle des Asiatiques de l’est, pointant des processus évolutifs en cours.

Il y a une autre anomalie dans l’intelligence des peuples de l’Asie du Nord concernant le QI des Mongols de la Mongolie et les Samoyèdes étroitement liés du Nord de la Sibérie. Il n’existe aucune étude de l’intelligence de ces peuples, mais leur faible niveau de développement culturel et technologique donne à penser qu’il n’est pas si élevée que celui des Asiatiques de l’est de Chine, Japon et Corée. Pourtant, ces peuples ont également connu plusieurs milliers d’années de conditions hivernales sévères qui ont produit les adaptations morphologiques prononcées de l’hybridation des yeux, les jambes courtes, et un tronc épais qui a évolué dans les peuples de l’Arctique. L’explication probable de cette anomalie est la petite taille de la population de ces peuples (la population de l’actuelle Mongolie est d’environ 2,4 millions) et ils ont été isolés des peuples voisins par le désert de Gobi et de hautes chaînes de montagnes, des nouvelles mutations pour une plus haute intelligence ne se sont pas produites et leur isolement géographique aura empêché l’acquisition de ces mutations parmi les autres races.

10. Amérindiens (Native Americans)

Les Américains ont évolué à partir de peuples qui ont émigré d’Asie du Nord vers l’Alaska en passant par le détroit de Béring et ont ensuite fait leur chemin vers l’Amérique.
Les dates auxquelles ces passages ont été faits sont contestés et il a été fréquemment affirmé qu’ils se sont produits il y a 12.000 à 11.000 ans. Contrairement à ces allégations, tout porte à croire qu’elles ont été faites beaucoup plus tôt aux alentours d’il y a 40.000 ans. Les preuves viennent tant de l’archéologiques que de l’analyse génétique. Les découvertes archéologiques d’objets Amérindiens ont été datés par l’analyse au radiocarbone à -24.000 ans au Mexique (Lorenzo et Mirambell, 1996), -30.000 ans en Californie (Bada, Schroeder, et Carter, 1974), -32.000 ans dans le nord-est du Brésil ( Guidon et Delibrias, 1996), -35.000 à -43.000 ans pour une peinture Rockwall dans la Serra da Capivara National Park dans le Nord-est brésilien (Watanabe, Aïta, Mamaguchi, et al., 2003) et -33.000 années à Monte Verde au Chili ( Dillehay et Collins, 1998). Il aura fallu plusieurs milliers d’années à ces peuples pour faire leur chemin de l’Alaska à l’Amérique du Sud. Les preuves archéologiques sont corroborées par l’analyse génétique qui date  aussi la première migration vers les Amériques à environ -40.000 ans (Cavalli-Sforza, 2000).

Il semble très probable que des Asiatiques de l’Est archaïques ont migré vers le Nord il y a environ 50.000 années, certains ont migré vers le nord dans la péninsule du Kamchatka et Tcherski puis fait la traversée du détroit de Béring en Alaska il y a 40.000 ans. Certains de ces peuples ont migré vers le sud jusqu’à ce qu’ils colonisent l’ensemble des Amériques et ont évoluent en Amérindiens, tandis que les peuples Asiatiques archaïques  qui sont restés en Asie du Nord ont évolué en extrêmes orientaux. L’origine commune et relativement récente de ces deux races est apparente par un certain nombre de similitudes génétiques. Par exemple, le groupe sanguin rhésus négatif est rare dans les deux races, le groupe sanguin Diego est unique à ces deux races, et elles ont toutes deux une texture capillaire similaire et des cheveux noirs. Ces deux races ont également des incisives particulières, et l’os inca au niveau du crâne (Krantz , 1990).

Les Asiatiques archaïques, ancêtres des Amérindiens, qui étaient présents en Asie du Nord autour de -60,000 à -50,000 ans ont été exposés à des hivers froids, mais ils n’étaient pas aussi sévères que ceux de la seconde période glaciaire entre -28.000  et -10.000 ans (Roberts, 1994). Les Amérindiens n’ont jamais été exposés au froid extrême et n’ont pas les adaptations morphologiques au grand froid présentes chez les Asiatiques de l’est. Le nez n’est pas en retrait mais est saillant, et ils n’ont pas une hybridation complète des yeux, ni les jambes courtes et le tronc épais. A ces égards, ils sont semblables aux aïnou, les premiers habitants du japon. On en trouve encore sur l’ile d’Hokkaido. Eux non plus n’ont pas l’adaptation morphologique aux climats froids car le climat des iles japonaises était moins sévère que celui de l’Asie continentale. Leur Q.I est de 97 (K. Kura et all. 2014), inférieur au Q.I moyen des Est-Asiatiques (105).

Les Amérindiens se sont établis en Amérique entre -33,000 et -30,000 ans. Ceux de la partie sud des États-Unis et d’Amérique du Sud ne furent pas exposés aux conditions sévères de la glaciation principale, de sorte qu’ils n’ont pas évolué vers les adaptations morphologiques du froid et le QI plus élevé des Asiatiques de l’Est.

En outre, une fois que les ancêtres des Amérindiens ont eu traversé le détroit de Béring pour se rendre dans les Amériques, ils ont trouvé un certain nombre de mammifères herbivores tels que le mammouth, des antilopes, des paresseux, le tatou et les bisons, qui n’étaient pas habitués à être chassés par l’homme. Normalement, les prédateurs et les proies évoluent ensemble dans la mesure où les prédateurs deviennent plus intelligents afin de capturer leurs proies, et les proies deviennent plus intelligentes, afin d’échapper aux prédateurs. Mais les animaux herbivores des Amériques n’avaient aucune expérience de la prédation par l’homme et ont été des proies faciles pour les chasseurs qualifiés qui avaient évolué depuis plusieurs milliers d’années dans l’environnement plus sévère de l’Asie du Nord. Les amérindiens ont trouvé un grand nombre de ces herbivores faciles à attraper, et comme ils ont migré vers le sud, ils ont aussi trouvé les aliments végétaux plus facilement disponibles de sorte que les aliments végétaux sont venus jouer un rôle important dans leur régime alimentaire (MacNeish, 1976; Hayden , 1991).

L’évolution de l’intelligence chez les Amérindiens peut être reconstruite comme suit. L’Asiatique archaïque duquel il a évolué aurait eu plus d’intelligence que les Sud-Asiatiques, car ils ont été exposés à la rigueur du climat en Asie du Nord pendant environ 20.000 ans, entre environ -60.000 et -40.000 ans. Les ancêtres des Amérindiens ont  aussi passé quelques milliers d’années en Alaska au cours desquels ils ont connu un climat rigoureux qui ont fait monter leur intelligence. Une fois qu’ils ont été dans le Sud des Amériques la pression de sélection pour toute augmentation supplémentaire de l’intelligence aura été faible en raison du climat doux et de la facilité de survie dans le continent, jusque-là inexploitées par les humains. C’est ce qui explique leur QI de 86, un peu plus élevé que les 84 des Asiatiques du Sud, mais bien inférieur aux 105 des Asiatiques de l’est. Cette reconstruction fournit une preuve supplémentaire que c’est la pression de sélection exercée par la glaciation principale d’il y a -28.000 à -10.000 ans qui a fait augmenter l’intelligence des Asiatiques de l’Est d’environ 19 points de QI de plus que les Amérindiens.

Il y a un problème avec cette reconstruction, les Amérindiens dans la partie septentrionale de l’Amérique du Nord aurait été exposé aux hivers froids pendant la glaciation de Würm principale et il est prévu que cela aurait dû accroitre leur intelligence. L’explication la plus probable pour expliquer pourquoi cela ne s’est pas produit, c’est que la population des Amérindiens était assez faible.

L’estimation fiable des premières tailles de population est de 1 millions en -400 en Amérique du Nord (Biraben, 1980). Par conséquent, la probabilité de mutations pour plus d’intelligence était assez petite et sans doute ces mutations ne sont-elles jamais survenues ou en tout cas en proportion moindre que chez les Asiatiques de l’Est ou chez les Européens, qui étaient beaucoup plus nombreux.

Les Amérindiens ont le même profil intellectuel que celui des Esquimaux et des Asiatiques, à savoir de solides capacités de visualisations spatiales et de plus faibles capacités verbales. L’explication probable pour ce profil commun est que une ou plusieurs mutations pour les capacités de visualisation supérieures est  apparue chez des Asiatiques archaïques autour de -50.000 ans et ont été transmises à la suite aux Asiatique de l’Est, aux peuples de l’Arctique, et aux amérindiens. Des études génétiques ont montré qu’il existe des gènes indépendants pour déterminer l’intelligence visio-spatiale en plus de ceux qui déterminent les capacités verbales et le g d’intelligence générale (Plomin, DeFries, et McClearn, 1990).

Avec leur QI de 86, les Amérindiens ont été en mesure de faire la transition néolithique de la chasse-cueillette à l’agriculture sédentaire puis de construire la civilisation des Mayas, des Aztèques et des Incas. Toutefois, en dépit de leurs civilisations assez impressionnantes les Amérindiens ne furent pas de taille  face aux Européens dès les XVIe et XVIIe siècles qui n’eurent pas de peine à les battre en bataille, emportant la plupart de leurs terres, et en tuant un grand nombre.

11. Conclusions

Le Q.I moyen des différentes races peut être expliqué comme résultant des différents environnements dans lesquels ces races ont vécu, avec en particulier l’impact de l’Age de glace dans l’hémisphère nord ayant exercé des pressions de sélection pour une plus grande intelligence pour pouvoir survivre pendant les hivers froids.

Il y eut apparition de mutations pour davantage d’intelligence chez les races
-Avec des populations nombreuses
-Soumises au stress dû au froid.

Les différences de QI entre les races expliquent les différences dans la capacité à faire la transition néolithique de chasse-cueillette à l’agriculture sédentaire, la construction des premières civilisations et le développement des civilisations matures durant les deux mille dernières années. La position des environnementalistes qui prétendent que depuis sa création il y a 100.000 ans, les hommes, séparés par des barrières géographiques dans différentes parties du monde, ont évolué en une dizaine de races différentes avec des différences marquées dans la morphologie génétique, les groupes sanguins et l’incidence des maladies génétiques, auraient pourtant les mêmes génotypes pour l’intelligence, est si improbable que ceux qui l’avance doivent être totalement ignorants des principes fondamentaux de la biologie évolutive ou avoir un agenda politique afin de nier l’importance de la race. Ou les deux.