Pacific Islanders

Les “pacific islanders” sont les indigènes des nombreuses îles du pacifique, les principales étant la Nouvelle-Zélande, le groupe des îles de Micronésie, Mélanésie, Polynésie et Hawaii. Dans leur analyse génétique, Cavalli-Sforza, Menozzi et Piazza (1994) identifient les micronésiens, les polynésiens et les mélanésiens comme un cluster génétique distinct. Les habitants des îles du Pacifique forment une race mineure, avec seulement 1,5 millions d’individus. Ils sont à peu près 350 mille maoris en Nouvelle-Zélande, 380 mille sur les iles Salomon et à peu près le même nombre sur les iles Fiji. Leur population est de 170 mille à l’ouest de l’île de Samoa et 100 mille sur la Tonga. Ils sont génétiquement fort proches des asiatiques du sud-est (Cambodge, Indonésie…) desquels ils se sont séparés il y a à peine 6000 ans.

1. Q.I des Maoris de Nouvelle-Zélande

2. Q.I des autres habitants des îles du pacifique

3. Q.I des hybrides Européens/Pacific Islanders et Chinois/Pacific Islanders


1. Q.I des Maoris de Nouvelle-Zélande

La valeur médiane est de 85.

Table 9.1. IQs of New Zealand Maoris

2. Q.I des autres habitants des îles du pacifique

La valeur médiane est de 85.
Table 9.2. IQs of Pacific Islanders

3. Q.I des hybrides Européens/Pacific Islanders et Chinois/Pacific Islanders

Les QI des deux groupes d’enfants métis sont légèrement supérieurs à la moyenne des deux races parentales. Le QI moyen des couples Européens/Hawaïens est en effet de 90,5, alors que le QI de leurs enfants est de 93. De même, le QI moyen des couples Chinois/Hawaïens est de 90, alors que le QI des enfants est de 91.
Le Q.I moyen des métis, légèrement supérieur à la prévision sur base de la moyenne des deux races parentales, est à mettre sur la compte du phénomène “d’hybrid vigor” ou hétérosis, souvent présent dans les croisements entre deux populations différentes. Le même phénomène a été trouvé à Hawaii dans une étude sur les enfants de parents Asiques et Européens, dont le QI était 4 points de plus que ceux des enfants d’Asiatiques et Européens (Nagoshi et Johnson, 1986) Dans cette étude, les trois couples de parents ont eu la même éducation et un statut socio-économique comparable, suggérant qu’il s’agit d’un effet génétique.

QI.I. des pacific islanders, QI et Intelligence Humaine

 

QI.I. des pacific islanders, QI et Intelligence Humaine
Maoris de Nouvelle-Zélande (Pacific islanders)

Références pour l’ensemble de la page: « Race differences in intelligence. An evolutionary Analysis », Chapitre 8 pp.77-80, Richard Lynn, Washington Summit Publisher, 2006.