L’intelligence est essentiellement déterminée par les gènes…

James Watson
James Watson, prix Nobel 1962 pour la découverte de la structure de l’Adn.

85% des variations intellectuelles observées sont à mettre sur le compte de variations génétiques… Voici les arguments qui le démontrent sans l’ombre d’un doute.

1. Haut niveau d’héritabilité

Le haut niveau d’héritabilité trouvé chez les vrais jumeaux en Amérique, en Europe, au Japon et en Inde montre que l’intelligence est fortement déterminée par des facteurs génétiques.

-La corrélation entre vrais jumeaux élevés dans des milieux différents est de 0,85 à l’âge adulte.

-La corrélation intellectuelle entre deux individus de parents biologiques différents élevés dans le même milieu atteint 0 à l’âge adulte1.
Heritabilité intelligence

Tableau extrait de « Des gènes au comportement », Plomin, de Fries, Mc Clearn, Rutter, 1997.

-> Pointe clairement la causalité génétique de l’intelligence (trait polygénique)

A l’inverse, la corrélation intellectuelle entre des frères et sœurs adoptifs permet une estimation de l’importance du milieu. La corrélation est de 0 à l’âge adulte. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le milieu de vie ou l’éducation n’a pas d’impact sur l’intelligence générale à l’âge adulte1.
corrélation intelligence milieu
Tableau extrait de « Des gènes au comportement », Plomin, de Fries, Mc Clearn, Rutter, 1997.

Quelle est l’héritabilité de l’intelligence ?
-> Héritabilité de l’intelligence = part de la variance attribuable à des facteurs génétiques. Il y a plusieurs manières de l’estimer… pointant toute une héritabilité d’à peu près ~0,8 à l’âge adulte.

intelligence génétique
Illustration de la part génétique et de la part « environnementale » de l’intelligence2
Ceci signifie que si tout le monde était élevé dans un environnement identique, les différences intellectuelles entre individus seraient réduites à 80% des différences actuelles.

Il y a 3 manières de l’estimer… pointant toute une héritabilité > à 0,8 à l’âge adulte3.

1. Etudes de jumeaux vrais élevés dans des milieux différents (Données résumées par Bouchard, 1993, p.58). Chez les adultes, les données sont basées sur 5 études résumées par Bouchard. La corrélation moyenne pondérée pour la taille des échantillons est de 0,75. Ce chiffre doit être corrigé pour la fiabilité des tests (correction de l’atténuation), (Bouchard, 1993, p.49; Machintosh, 1998). Cette correction augmente la corrélation à 0,83.

2. Une seconde méthode pour estimer l’héritabilité est de comparer le degré de similitude entre des jumeaux identiques et des jumeaux non-identiques, de même sexe, élevés dans la même famille. La corrélation est de 0,88 pour des jumeaux identiques et de 0,51 pour des jumeaux non-identiques de même sexe. Après correction de ces chiffres pour la fiabilité des tests (correction d’atténuation),  la corrélation corrigée devient 0,98 pour les jumeaux identiques et 0,56 pour les jumeaux de même sexe non identiques.
L’héritabilité peut être calculée par la formule de Falconer (1960) consistant à doubler la différence entre les corrélations de jumeaux identiques et non-identiques de même sexe. La différence entre les deux corrélations est de 0,42, doubler cette différence donne une héritabilité de 0,84.

3. Une troisième méthode pour estimer l’héritabilité est d’examiner la corrélation du Q.I entre enfants de parents biologiques différents adoptés et élevés dans les mêmes familles. Ceci permet d’estimer la magnitude de l’effet de l’environnement familial (« between family effect »). Le résumé de la littérature sur la question a été fait par Bouchard (1998) qui conclut que chez les adultes la corrélation est de 0,04, indiquant une héritabilité de 0,96.
Cependant, cette méthode sous-estime les effets environnementaux car elle ne prend pas en compte l’environnement prénatal et périnatal.

-> Les deux premières méthodes sont plus précises et donnent une estimation de 0,84 et 0,85 pour l’héritabilité de l’intelligence.

La conclusion d’une haute héritabilité pour l’intelligence implique qu’il y a des gènes qui déterminent l’intelligence (voir plus loin). Le premier fut découvert par Chorley et al. (1998). Il se situe sur le chromosome 6 et la possession d’un des allèles de ce gène contribue à hauteur de 4 points de Q.I.

2. Grande stabilité du Q.I des différentes races quel que soit le milieu4

-> appuie la causalité génétique. (Arabes d’Europe de première et seconde génération, immigration…)

Légère augmentation (84 à 88 pour les arabes… les gènes « tiennent l’amélioration en laisse4.2 »)

1. Juifs Ashkénazes (110) (Amérique, Europe…)

2. Asiatiques de l’est (105) (Asie, Europe, Amérique…)

3. Européens (100) (Australie, Amérique, Europe…)

4. Inuits (91)

5. Métis caucasiens-africain (90) (Europe, Amérique…)

6. Asiatiques du sud-est (90) (Europe, Amérique, Asie)

7. Amérindiens (87) (Amérique du nord et du sud)

8. Nord africains et sud asiatiques (86) (Moyen-Orient, Amérique, Europe…)

9. Africains (80) (Europe, Amérique du nord et du sud, Afrique)

10. Aborigènes d’Australie (62)

Cette hiérarchie reste rigoureusement inchangée et transparaît dans tous les pays multiraciaux4.1 dans quasiment tous les paramètres sociaux (salaires, niveaux socio-économique, niveau de crimes et délits, prévalence des personnes douées, prévalence de l’arriération mentale… voir « Hiérarchie intellectuelle à travers le monde »)

 3. Stabilité dans le temps4.2

 

Pointe une nouvelle fois l’héritabilité élevée de l’intelligence.

intelligence stabilité indiens chinois

 

intelligence stabilité hispaniques aborigènes japonais
intelligence stabilité 3

 

4. les différences de Q.I sont reflétées dans les différences de volume crânien5

Table 9.8. Race differences in brain site (cc) and intelligence

Race IQ Brain Size (cc)
East Asians 105 1416
Europeans 100 1369
Southeast Asians 90 1332
Pacific Islanders 85 1317
South Asians and north africans 84 1293
Africans 67 1282
Australian aborigenes 62 1225

Ces différences de volumes crâniens démontrent l’existence de facteurs génétiques, car l’héritabilité des volumes crâniens est de 0,9 et la corrélation entre l’intelligence et volume crânien est de 0,45.

Q.I capacité cranienne

Capacité cranienne et Q.I chez les africains, les européens et les est-asiatiques6.
intelligence cerveau races

5. Les temps d’isolation.

Les différentes races ont évolué indépendamment l’une de l’autre et dans des milieux différents pendant des dizaines de milliers d’années. Par exemple, les africains ont vécu dans des milieux séparés des européens pendant 100.000 ans, et les européens ont vécu dans des milieux séparés des asiatiques de l’est pendant 40.000 ans (Stringer, 1989; Cavalli-Sforza, 2000)
Quand deux populations évoluent isolément l’une de l’autre pendant une telle période il y a des différences qui apparaissent dans tous les domaines dans lesquels il y a des possibilités de variations génétiques. La position environnementaliste extrême, postulant qu’il n’y a pas de différences intellectuelles entre deux races, défie le principe général de l’évolution biologique et peut être vu comme impossible.

6. les études sur les métis

Le Q.I des « hybrides » est toujours intermédiaire entre celui des deux races parentales, de même que le volume crânien, qui est lui aussi intermédiaire entre celui des deux races parentales, ceci pointe la causalité génétique de l’intelligence.

6.1 Hybrides africain-européen7.

European Hybrids Africans
Location Age Test N IQ N IQ N IQ Reference
1 Brazil 10 SPM 735 95 718 81 223 71 Fernandez, 2001
2 Germant’ 5-13 WISC 1,099 100 170 94 Eyferth, 1961
3 South Africa 10-12 AAB 10,000 100 6,196 83 293 65 Fick, 1929
4 South Africa 13 GSAT 746 100 815 86 Claassen, 1990
5 South Africa 15 SPM 1,056 100 778 80 1,093 74 Owen, 1992
6 USA 17 WISC-

R

16 102 55 94 17 85 Weinberg et al.,

1992

7 USA Adult Otis 100 284 91 176 87 Codwell, 1947
8 USA Adult Vocab 1,245 100 304 92 146 85 Lynn, 2002
9 USA Adult Vocab 10,315 100 116 97 4,271 89 Rowe, 2002

6.2 Hybrides Amérindiens-Européens8

Table 12.4. IQs of Native American-European Hybrids

Location Age

Test

Europeans

Hybrids

Amerinds

Reference

N

IQ

N

IQ

N

IQ

1

Kansas Adult

OTIS

100

536

93

179

67

Hunter & Sommermeir, 1922

2

South Dakota 10-15

OTIS

100

68

89

15

86

Fitzgerald & Ludeman, 1925

3

Mexico 7-10

SPM

155

98

571

94

194

83

Lynn et al., 2005

6.3 Hybrides Pacific-islander-Européens9

Q.I des hybrides européens-pacific islanders et chinois-pacific islanders

Table 9.3. IQs of Europeans, Chinese, and Pacific Islander Hybrids

Group

N

IQ

European

1000

100

Chinese

2,704

99

European-Hawallan

842

93

Chinese-Hawallan

751

91

Hawalian

621

81

6.4 Hybrides Est-asiatique-Européens10

Table 10.5. IQs and brain size (cc) of East Asian-European hybrids

East Asian Hybrid European African
1 Number 63 37 17,432 19,419
2 IQ-Raw 114 103 102 90
3 IQ-Adjusted 109 98 97 85
4 Brain size 1,170 1,155 1,150 1,134

6.5 Hybrides aborigènes d’Australie-européens11.

européens aborigènes d'Australie intelligence

7. Les différences cérébrales qualitatives

Les différentes races n’ont pas un cerveau identique de taille variable, il y a des différences qualitatives entre les races.

Africains et européens12:

-Le cortex des africains est en moyenne moins circonvolué.
-Le cortex des africains est en moyenne 15% plus fin que celui des européens.
-Les africains ont un lobe frontal et occipital plus petit et un lobe pariétal plus large.
-Les africains ont une proportion de neurones pyramidaux moindre à celle des européens.

 

Aborigènes d’Australie et européens13:
aborigènes d'Australie cerveau
D’après « Race », John R. Baker, professeur de biologie à Oxford13.

8. Les études d’adoption

Montrent clairement que le Q.I reste celui prédit par la race biologique quel que soit les parents adoptifs.

adoption intelligence

Q.I moyens d’enfants de parents biologiques noirs, métis, blancs et asiatiques, tous élevés dans des familles blanches de classe moyenne14.

Coréens adoptés par des belges: 106 de Q.I moyen.
Pour des enfants qui sont tous adoptés par des parents européens, il persiste une différence de 16 points de Q.I entre africains et européens,  la même que celle trouvée en Amérique.

Elever des enfants noirs dans une famille blanche de classe moyenne n’a pas d’effet sur leur Q.I à 17ans.
L’éducation n’a pas plus d’effet sur les est-asiatiques élevés par des blancs, leur Q.I moyen restant supérieur.

-> Facteurs génétiques.

adoption intelligence 2

9. « reaction time »

Il existe une différence significatives entre les européens, les africains et les est-asiatiques en terme de temps de réaction.

Le temps de réaction est corrélé au Q.I, car l’un comme l’autre sont des signes d’efficience du système nerveux central. Les caucasiens réagissent en moyenne plus vite à un stimulus.

L’individu testé est placé devant une petite lampe qui va s’allumer. Chaque fois que c’est le cas, il appuie simplement le plus rapidement possible sur le bouton placé devant lui.
C’est un signe de l’efficience du système nerveux puisque c’est en quelque sorte un traitement basique de l’information qui doit remonter jusqu’au cerveau puis redescendre pour appuyer sur le bouton. Les temps de réaction sont mesurés en millisecondes.

Reaction Times et EEGs chez des africains, des européens et des est-asiatiques4.3.

Test Africans Europeans East asians
1 IQ 68 100 106
2 RT-S 398 371 348
3 RT-C 1,950 1,220
4 EEG 534 506

Meilleure efficience du système nerveux central des hauts Q.I
race reaction time race differences

10. « Inspection time »

« L’inspection time » ou temps d’inspection mesure la vitesse du traitement de l’information visuelle ou auditive. Les mesures « d’inspection time » sont corrélées à +0,7 avec le Q.I.

inspection time intelligence

Dans ce genre de tests, deux barres de longueurs inégales apparaissent à l’écran pendant un certain temps (en millisecondes). On demande ensuite aux testés quelle était la barre la plus longue, celle de droite ou celle de gauche ?

Les hauts Q.I traitent l’information visuelle ou auditive plus rapidement. Ils ont des temps d’inspection (inspection time) plus petits.

On trouve une différence significative, en termes d’inspection time, entre les races.

inspection time race différences

11. Admixture européenne chez les afro-américains.

•Plus l’admixture européenne est importante chez les afro-américains, plus le poids cérébral moyen est élevé (tests génétiques indépendants de la couleur de la peau). Plus l’admixture blanche est importante et plus le Q.I des noirs est important.
•Corrélation de -0,91 entre la pigmentation cutanée et le Q.I (Larivée, 2009)
•Q.I moyen des africains: 80
•25 pourcent d’ascendance européenne: 85 (afro-américains)
•Q.I moyen des mulâtres: 90

•Q.I moyen pour 75 pourcent d’ascendance européenne: 95

12. 76 traits musulo-squelettiques15

•Les différences raciales de capacité crânienne sont corrélées à 76 traits musculo squelettiques identifiés dans des ouvrages standards d’anatomie évolutive comme étant systématiquement liés à une augmentation de la capacité crânienne et de l’intelligence chez les hominidés.
•Parmi ces différences, on retrouve :

-Le diamètre transversal du pelvis : L’augmentation de la capacité crânienne et de l’intelligence a été de pair avec une augmentation du diamètre transversal du pelvis, pour permettre le passage du crâne à la naissance. Les africains ont un diamètre pelvien significativement plus petit que celui des européens. (27,4 cm contre seulement 24,6 pour les africains). Les est-asiatiques ont un diamètre pelvien supérieur à celui des européens.
-En conséquence d’un pelvis plus large, le fémur, (l’os de la cuisse) qui s’insère au niveau du bassin, s’est incurvé puisqu’en dépit d’un bassin qui grandissait, espaçant les insérions fémorales et provoquant un angle plus large pour la sortie des deux fémurs, il fallait impérativement que le genou fasse une jonction correcte avec le péroné, provoquant une incurvation du fémur. Les européens ont une incurvation fémorale significativement plus importante que celle des africains et significativement moins importante que celle des est-asiatiques.
-Tandis que l’intelligence et la capacité crânienne ont augmenté, les crânes sont devenus plus sphériques et profonds. Les européens ont des cerveaux significativement plus sphériques, plus profonds et plus gros que les africains.
-L’augmentation de la sphéricité a donc réduit les protubérances, notamment le processus mastoïde. Les blancs ont un processus mastoïde significativement plus petit que les noirs.
-L’augmentation de la capacité crânienne s’est produite vers l’avant du crâne, il en a résulté une diminution du prognathisme et une augmentation de l’orthognathisme (face plus plate). Les européens ont une face significativement moins prognathe et plus orthognathes que les africains.
Consulter l’étude15 intégralement.

En détail… (traduit de l’étude ci-dessus).

Troglodytes (Chimpanzés) Australopithèques Homo habilis Homo erectus Homo sapiens africains Homo sapiens européens Homo sapiens mongoloïdes
1. Intelligence générale (Q.I) 22 32 42 50 67-80 100 105
2. Capacité crânienne (cm cubes) 380 (1) 450 (2) 650 (3) 1000 (4) 1267 (5) 1346 (6) 1364 (7)
3. Quotient d’encéphalisation 3,01 (2) 2,79 (1) 3,38 (4) 3,34 (3) 6,38 (5) 6,50 (6) 6,95 (7)
Caractéristiques du crane
4. Forme du crane Le plus étroit (1) Etroit (2) Plus large que chez l’australopithèque (3) Plus large que chez homo habilis (4) Plus large que chez homo erectus, le plus étroit des modernes (5) Plus large que chez les africains (6) Le plus large (7)
5. Longueur du crane La plus longue (1) Longue (2) Plus courte que chez l’Australopithèque (3) Plus courte que chez homo habilis (4) Plus courte que chez homo habilis, la plus longue des modernes (5) Plus courte que chez les africains, plus longue que chez les mongoloïdes (6) La plus courte  (7)
6. Contour sagittal (circonférence sagittale) Valeur la plus faible (1) Faible valeur mais légèrement supérieure à P. Troglodyte (2) Valeur plus élevée que chez les australopithèques (3) Valeur plus élevée que celle des homo habilis (4) Valeur plus élevée que chez homo erectus, valeur la plus faible des modernes, dépression post-bregmale (5) Plus élevée que chez les africains, moins que chez les mongoloïdes (6) La plus élevée (7)
7. Proéminence de l’os nasal Plat (2) Plat (2) Plat (2) Légère saillie (5) Légère saillie (5) Le plus saillant (7) Légère saillie (5)
8. Prognathisme facial Le plus prognathe (1) Très prognathe (2) Moins prognathe que chez les australopithèques (3) Moins prognathe qu’homo habilis (4) Moins prognathe qu’homo erectus, le plus prognathe des modernes  (5) Moins prognathe que les africains,  plus que les mongoloïdes (6) Orthognathes (7)
9. Largeur bi-zygomatique La plus large (1) Large (2) Légèrement rétrécie (3) Plus étroit que chez homo habilis (4) Plus étroit que chez homo erectus, la plus large des modernes (5) Plus étroit que chez les africains, plus large que chez les asiatiques (6) La plus étroite (7)
10. Forme du palais En forme de U (1) Légèrement moins en forme de U (2) Presque en forme de V (3) Plus en forme de V, presque parabolique (4) Le moins parabolique des modernes (5) Parabolique (6) Le plus parabolique (7)
11. Forme de l’arcade sourcilière Non archée et la plus large (1) Non archée et large (2) Archée et légèrement plus petite (3) Plus petite, archée et arrondie avec dépression glabellaire (4) Présence d’une dépression glabellaire, la plus large des modernes (5) Petite, lisse et archée (6) Archée et la plus petite (7)
12. Processus mastoïde Le plus large (1) Large (2) Plus petit que chez les australopithèques (3) Plus petit que chez les homo habilis (4) Le plus large des modernes, deux têtes (5) Petit et pointu (6) Le plus petit, trapu (7)
13. Position du neurocrâne Derrière la face (1,5) Derrière la face (1,5) Plus haut mais toujours derrière la face (3) Plus haut que chez les homo habilis mais toujours derrière la face (4) Plus haut que chez les homo erectus, mais le plus postérieur des modernes (5) Sur le dessus de la face (6) Le plus au-dessus de la face (7)
14. Circularité du foramen temporal Long et étroit, ovale (1) Court et étroit, mais pas tout à fait circulaire (2) Court et étroit, circulaire (3)
15. Rotation faciale Absente (1) Absente à légère (2) Légère (3) Présente et plus proéminente (4)
16. Position antérieure du foramen magnum et condyles occipitaux Orienté de manière postérieure, derrière la ligne bi-tympanique (1) Plus antérieur que chez les troglodytes, moins que chez les homo habilis (2) Plus antérieur que chez les australopithèques (3) Proche de la position d’homo sapiens (4)
17. Courbure de la suture squamozal Toute droite et basse (1,5) Toute droite et basse (1,5) Incurvée et basse (3) Plus incurvée et plus haute que chez homo habilis (4)
18. Orientation des condyles occipitaux Vertical (1) Horizontal (3) Horizontal (3) Horizontal (3)
19. Taille du muscle masséter Large (1,5) Large (1,5) Plus petit que chez les australopithèques (3) Plus petit que chez homo habilis (4)
20. Taille des constrictions post orbitales. La plus large (1) Légèrement plus petite que chez les troglodytes (2) Légèrement plus petite que chez les australopithèques (3) Plus petite que chez homo habilis (4) Plus petite que chez homo erectus, la plus large des modernes (5) Plus large que chez les africains, moins que chez les asiatiques (6) La plus petite (7)
Caractéristiques des dents et de la mandibule
21. Forme des incisives Plat (2,5) Plat (2,5) Plat (2,5) Plat (2,5) Rarement en forme de pelle (5) Plus souvent en forme de pelle (6) Souvent en forme de pelle (7)
22. Nombre de dents 32 (3) 32 (3) 32 (3) 32 (3) 32 (3) 30-32 (6) 28-32 (7)
23. Taille des molaires Plus petites que chez les australopithèques (2) Les plus larges (1) Plus petites que chez P. Troglodytes (3) Plus petites que chez homo habilis (4) Plus petites que chez l’homo erectus, les plus larges des modernes (5) Plus petites que chez les africains (6) Les plus petites (7)
24. Orthognathisme de la mandibule Longue, basse, prognathe (1) Légèrement plus courte et plus haute, mais toujours prognathe (2) Plus courte et plus haute que chez les australopithèques (3) Courte et haute (4) La plus longue et la plus basse des modernes (5) Taille et hauteur intermédiaire (6) Courte et haute (orthognathe) (7)
25. Forme de la mandibule. En forme de U (1) Plus proche de la forme d’un V (2) Presque en forme de V (3,5) Presque en  forme de V (3,5) La moins en forme de V des modernes (5) Moins en forme de V que chez les asiatiques (6) Le plus en forme de V (7)
26. Largeur entre les condyles mandibulaires Le plus proche l’une de l’autre (1) Plus éloignées que chez le troglodyte, plus proches que chez l’homo habilis (2) Plus éloignées que chez les australopithèques (3) Plus éloignées que chez l’homo habilis (4) Plus éloignées que chez l’homo erectus, le plus proche des modernes (5) Plus large que chez les africains, plus proches que chez les asiatiques (6) Le plus éloignée (7)
27. Proéminence du menton Absente (2) Absente (2) Absente (2) Absente (2) Réduite (4) Proéminente (7) Modérée (6)
28. Rapport entre la taille des condyles et la taille des processus coronoïdes. Plus petits condyles (1) Condyles un peu plus grands (2) Rapport égal (3,5) Rapport égal (3,5)
29. Incisure mandibulaire Peu profonde (1,5) Peu profonde (1,5) Profonde (3,5) Profonde (3,5)
30. Etroitesse du ramus ascendant Le plus large, antéropostérieur (1) Large, antéropostérieur (2,5) Large, antéropostérieur (2,5) Etroit, antéropostérieurs (4)
31. Longueur de la racine des dents Les plus longues (1) Longue (2) Plus courtes que chez les australopithèques (3) Plus courtes que chez homo habilis (4) Plus courte que chez homo erectus (5) Les plus courtes (6,5) Les plus courtes (6,5)
Caractéristiques du cou
32. Taille de la région du cou La plus haute (1) Haute (2) Basse (3) La plus basse (4)
33. Forme du cou Large et trapue (1,5) Large et trapue (1,5) Plus étroit (5) Etroit, courbé et long (6)
34. Masse des muscles du cou La plus importante (1) Réduite par rapport à P. Troglodyte (2) Réduite par rapport à Australopithèque (3) Réduite, proche des modernes (4) Réduite, la plus large des modernes (5) Petite (6) La plus petite (7)
35. Complexité des muscles Complexe (nombreux flancs et corps) (1) Moins complexe que P. Troglodyte (2) Similaire aux australopithèques (3) Simple (moins de flancs et de corps)
36. Proximité des muscles rectus capitis Cote à cote (1) Ecartés (2) Encore plus écarté (3,5) Similaire à H. Habilis (3,5)
37. Taille de la crête nucale et des marquages osseux Présents et larges (1) Présents chez la plupart, réduit chez certains (2) Marquage moins marqués (3) Marquage encore moins marqué (4) Marquage très peu marqué (5) Lisse à absente (6) Absente (7)
Caractéristiques des vertèbres
38. Plus longue apophyse épineuse 5ème ou 6ème (1) Le plus fréquemment la 6ème (2) 7ème, comme les modernes (3)
39. Taille des apophyses épineuses La plus longue (1) Longue (2) Courte, mais légèrement plus longue que chez les modernes (3)
40. Convexité de la partie supérieure de l’atlas Concave (1) Moins concave (2) Plat (3)
Caractéristiques du pelvis
41. Diamètre transversal du pelvis (mm) 98 (1) 99.1 (2) Dans le range des homo sapiens (3,5) 122 (3,5) 132 (5)
42. Taille du diamètre antéro-postérieur (mm) 85 (1,5) 85 (1,5) Dans le range des homo sapiens (3,5) 103 (3,5) 118 (5)
43. Largeur bi-iliaque (mm) 132 (1) 200 (2) 250 (3) 270 (5) 252 (4)
44. Forme de la lame iliaque Grande et étroite (1) Courte et large (2) Courte et large (3)
45. Entaille sciatique Absente, peu développée (1) Présente, bien développée (2) Dimorphisme sexuel, bien développée comme chez les modernes (3)
46. Convexité de la branche descendante du pubis Convexe (1) Droite (2,5) Droite (2,5)
47. Taille de l’acétabulum (mm) 0,82 (1) 0,78-0,83 (2) Proche des modernes, 0,9(3)
48. Taille du sacrum La plus petite (1) Plus large (2) Large, comme les modernes (3)
Caractéristiques des membres supérieurs
49. Orientation de la cavité glénoïde Orientée vers le crane (1) Moins orientée vers le crane que chez P. Troglodyte (2) Orientée latéralement, comme chez les modernes (3)
50. Taille du bras Long (1) Long (2) Range des modernes (3) Le plus long des modernes (4) Plus long que les asiatiques, plus petit que chez les africains (5) Le plus petit (6)
51.    Capacité de l’extension du coude Hyper extension possible (1,5) Hyper extension possible (1,5) Légère aptitude à l’hyper extension (3)
Caractéristiques des membres inférieurs
52. Ligne inter trochantérienne  Absente (1) Présente chez les grands spécimens uniquement (2) Présent (3)
53. Taille de la tête fémorale La plus petite (1) Intermédiaire entre les singes et les humains (2) Plus large que chez les australopithèques (3) Large (4) La plus petite des modernes (5) Intermédiaire entre les africains et les asiatiques (6) La plus large (7)
54. Profile du condyle fémoral latéral Circulaire (1) Circulaire chez les petits spécimens mais plus ovale chez les grands spécimens (2) Proche d’australopithèque mais moins circulaire (3) Presque comme les modernes (4) Le plus circulaire des modernes (5) Elliptique (6) Ovale (7)
55. Symétrie des condyles fémoraux Asymétrique (1) Asymétrique dans quelques petits spécimens, plus symétrique dans d’autres spécimens (2,5) Comme l’australopithèque (2,5) Symétrique (4)
56. Largeur fémorale bi-condylaire (mm) La plus petite (1,5) La plus petite (1,5) Légèrement plus large (3) Plus large, proche des modernes (4) 79,50 83,05
57. Axe de l’angle condylien Le plus large (1,5) Pareil aux singes (1,5) Légèrement réduit (3) Plus petit que chez H. Habilis (4)
58. Minceur d’une section du col du fémur Epaisseur corticale tout le long, rond (1) Os cortical compressé (2,5) Os cortical compressé (2,5) Comme les modernes, mais os cortical légèrement plus épais (4)
59. Profondeur de la fosse trochantérienne  fémorale Profonde (1,5) Profonde (1,5) Moins profonde (3)
60. Pilastre fémoral Pas de pilastre (2) Pas de pilastre (2) Pas de pilastre (2) Pas de pilastre, parfois petit pilastre (4) Petit pilastre (5) Large pilastre (6) Le plus large des pilastres (7)
61. Indice de courbure de l’axe fémoral 77,5 (droite) (2) 80 (3) 76,6 (1) 97,0 (4) 102,2 (5)
62. Taille du plateau tibial Le plus petit (1) Légèrement plus large que chez P. Troglodyte (2) Le plus petit des modernes (3) Intermédiaire entre les africains et les asiatiques (4) Le plus large (5)
63. Platitude du plateau tibial Le plus courbé (1,5) Le plus courbé (1,5) Courbé (3) Plat (4,5) Plat (4,5)
64. Concavité du condyle tibial latéral Convexe (1,5) Convexe (1,5) Légèrement moins convexe que chez les australopithèques (3) Plat (4) Varie (5) Concave (6)
65. Congruence du genou La plus basse (1) Basse (2) Modérée (3) Haute (4)
66. Angle du plateau tibial Le plus important (2) Important (2) Plus petit (3) Le plus important de modernes (4) Plus petit (5)
67. Taille du condyle tibial Le plus petit et le plus étroit (1) Petit et étroit (2,5) Petit et étroit (2,5) Plus large, proche des modernes (4) Plus large qu’H. erectus, le plus petit des modernes (5) Plus large que les africains (6) Le plus large (7)
68. Taille de la tête tibiale distale Petit (2) Petit (2) Petit (2) Légèrement élargie (4) Plus large qu’H. erectus, 47,07 (5) Le plus large, 53,23 (6)
69.    Tranchant du bord antérieur du tibia Rond (2) Rond (2) Rond (2) arrondie (4) Tranchant (5,5) Tranchant (5,5)
Proportion du corps
70. Taille (m) Moins de 1m (1,5) Moins de 1m (1,5) 1-1,5m (3) 1,3-1,5 (4) 1,42-1,69 (5,5) 1,64-1,74 (7) 1,59-1,68 (5,5)
71. Indice inter- membral (Membres supérieurs comparés à la taille des membres inférieurs) 108,7 (1) 85 (2) 86,5 (3) Homo sapiens range (4) 70,3 (7) 70,5 (5) 71,1 (6)
72. Indice brachial 80,1 (1) 78,5 (2) 75,5 (4) 76,5 (3)
73. Indice crural 101,9 (1) 86,2 (2) 83,3 (4) 86,5 (3)
74. Taille du bras en % de la taille du corps La plus élevée (1) Elevée (2,5) Elevée (2,5) Comme les hommes modernes (4,5) 45,76 (4,5) 44,54 (6)
75. % du poids du corps des membres supérieurs Le plus important, 15,8 (1) Important, 12 (2) Important (3) Moindre, comme les modernes (4)
76. Taille de la jambe en % de la taille du corps Le plus petit (1) Petit (2,5) Petit (2,5) Comme les hommes modernes (4) 56,42 (6) 54,98 (5)
77. % du poids du corps des membres inférieurs 24,2 (1) 28 (2) 30 (3)
Maturation
Durée gestationnelle (semaines) La plus courte (1) (2) (3) (4) 39 (5) 40 (6) Légèrement supérieure à celle des européens (7)
Age de la puberté (male) Le plus tôt (1) (2) (3) (4) (5) (6) Le plus tardif (7)
Age de la puberté (femelle) Le plus tôt (2) (3) (4) (5) (6) Le plus tardif (7)
Age de la ménarche Plus tôt (1) Intermédiaire (2) Plus tardif (3)
Age de la ménopause Plus tôt (1) Intermédiaire (2) Plus tardif (7)
Développement moteur Le plus rapide (1) (2) (3) (4) (5) (6) Le plus lent (7)
Développement squelettique Le plus rapide (1) Intermédiaire (2) Le moins rapide (3)
Fermeture des sutures crâniennes Le plus tôt (1) Intermédiaire (2) Le plus tard (3)
Développement dentaire Le plus rapide (1) Intermédiaire (2) Le moins rapide (3)
Eruption des dents de sagesse  1-2 ans plus tôt (1) intermédiaire (2) 1-2 ans plus tard (3)
Age de la marche (mois) 11 (1) 12 (2) 13 (3)
Fréquence de double ovulation (sur 1000) >16 (1) 8 (2) <4 (3)
Triplets (par million) 1700 (1) 100 (2) 10 (3)
Quadruplet (par million) 0 (1) 1 (2) 60 (3)
Longévité Moindre (1) Intermédiaire (2) La plus importante (3)

 

 

13. Position dans l’évolution

position dans l'évolution

14. Régression vers la moyenne

Régression vers la moyenne pour la taille.
régression vers la moyenne taille

Régression vers la moyenne pour l’intelligence
régression vers la moyenne intelligence race
Comment comprendre le phénomène de régression vers la moyenne ?

Imaginez deux haricots de même taille: Le haricot A et le haricot B.

Le haricot A provient d’une race (=variété) de grands haricots. Le haricot B provient d’une race de petits haricots.

On plante les graines du haricot A et du haricot B. Qu’observe-t-on dans la descendance ?

La descendance du haricot A va régresser vers sa moyenne raciale plus élevée en taille: les haricots seront plus grands.

La descendance du haricot B va régresser vers la moyenne raciale de B, à savoir une plus petite taille.

Ce phénomène se retrouve très exactement en termes de Q.I et d’intelligence: prenez deux couples ayant un Q.I moyen de 110, un couple africain et un couple européen.

Les enfants du couple européen vont régresser vers le moyenne intellectuelle européenne de 100: ils auront en moyenne 105 de Q.I. Les enfants du couple africain Vont régresser vers la moyenne intellectuelle africaine de 80: ils auront en moyenne 95 de Q.I.

Ce phénomène de régression vers la moyenne se remarque également chez les bas Q.I: un enfant d’un couple européen ayant un Q.I moyen de 75 aura 87,5 de Q.I (régression vers la moyenne de 100), alors qu’un enfant d’un couple africain ayant en moyenne 75 de Q.I aura en moyenne 77,5 de Q.I (régression vers la moyenne de 80).

-> Signature de la moyenne génotypique européenne à 100 et de la moyenne génotypique africaine à 80.

Régression vers la moyenne pour l’intelligence

-> Signature de la causalité génétique de l’intelligence

-> Modèle génétique additif

15. Inbreeding depression

•Diminution du « fitness » dans la descendance du croisement d’individus (ou d’animaux… l’homme est un animal) génétiquement trop proches

•Déficit de 7 points de Q.I chez les descendants de croisements entre cousins de première génération

-> Pointe la causalité génétique de l’intelligence.

inbreeding depression

16. Différences raciales à l’EEG16

Comme expliqué précédemment, (voir ici) les potentiels évoqués des individus plus intelligents ont un « score » plus petit: La fréquence des ondes alpha est plus importante.

En d’autres termes, la transmission de l’information est plus rapide chez les gens brillants.
On trouve une différence significative, en termes de score à l’EEG, entre les races.

Table 4.10. EEGs of Africans and Europeans

Test Africans in Africa Europeans in Europe
1 IQ 68 105
2 EEG 534 506

17. Spearman’s hypothesis

La magnitude de la différence intellectuelle entre deux races, observée dans les tests d’habileté cognitive, est proportionnelle à sa saturation en g15.

Exemple de la différence entre européen et afro-américains. La différence culmine à 1 SD soit 15 points de Q.I.
Spearman's hypothesis
Autrement dit, plus un test sera saturé en g (plus il impliquera une complexité cognitive), plus la différence sera marquée.

-> Une différence de g est principalement responsable des différences intellectuelles raciales observées.

http://en.wikipedia.org/wiki/Spearman’s_hypothesis

18. L’héritabilité de l’intelligence augmente avec l’âge

l'héritabilité augmente avec age

 

-> Ceci pointe la causalité génétique de l’intelligence.
Si l’environnement avait un impact, son importance devrait augmenter avec l’âge, or c’est le contraire qui se produit.

L’environnement non partagé cible essentiellement l’environnement in utero.

19. Existence des différences raciales dans l’intelligence depuis 10 mille ans

Les différences contemporaines de Q.I entre les races et entre les nations peuvent être identifiées il y a 10 mille ans déjà à partir des différences en terme de:

-capacité crânienne

-dans l’aptitude à avoir fait la transition néolithique de la chasse et de la cueillette vers l’agriculture sédentaire il y a 8000 ans

-dans le développement des premières civilisations il y a 6000 ans

-dans les avancées scientifiques, mathématiques et technologiques des 2500 dernières années

Consistency of Race Differences in Intelligence over Millennia”, Richard Lynn, Personality and Individual Differences 48 (2010) 100–101.

20. Différence de fréquence des gènes de l’intelligence

•Si l’intelligence est génétique, c’est donc qu’elle est dictée par certains gènes qui ont une plus grande fréquence chez les races plus intelligentes que chez les races moins intelligentes4.3.

•Certains gènes ont déjà été liés à un gain intellectuel et ils montrent de fait une fréquence raciale suivant l’ordre du Q.I.

Le gène de la myopie congénitale17

Le gène de la myopie congénitale: gain de 7 points de Q.I. (homozygote récessif)

-Plus haute fréquence chez les ashkénazes (Q.I moyen de 110)

-Seconde plus haute fréquence chez les est-asiatiques (Q.I moyen de 105)

-Troisième plus haute fréquence chez les européens (Q.I moyen de 100)

-Moins fréquent chez les sud-asiatiques/nord-africains (Moyen-orientaux, Q.I moyen de 84)

-Peu fréquent chez les africains (Q.I moyen de 67)

Gène CHRM219
Localisation: 7q31-35.

•Gain de 6,89 points de Q.I chez les individus porteurs de l’allèle A de rs2061174 dans la population adulte.

L’allèle apparaît chez 45% des africains, 80% des européens et 100% des est-asiatiques, suivant l’ordre hiérarchique du Q.I.

Gène dysbindin-1 (DTNBP1)19

•Il existerait 6 allèles différents de ce gène. Les différences de fréquences entre les races expliqueraient un tiers des différences intellectuelles entre les noirs et les européens.

•Un allèle de ce gène montrerait une corrélation particulièrement forte avec le Q.I.
Il est présent chez 93 pourcent des est-asiatiques (Chinois et japonais), 82 pourcent des européens et 63 pourcent des africains, ce qui suit l’ordre hiérarchique du Q.I.

Score polygénique (GWAS)

Une étude toute récente20 publiée dans la revue Intelligence s’est penchée sur l’ensemble des variations génétiques augmentant l’intelligence découvertes à ce jour, mises en évidence par GWAS (Genome Wide Association Study, permettant la mise en lumière de nombreux variants génétiques différents impliqués dans un trait phénotypique).

L’étude a évalué ensuite les différences raciales dans la fréquence de ces allèles, et a montré qu’elles étaient parallèles aux différences de Q.I entre populations; En d’autres termes, les races à Q.I plus élevé ont effectivement une fréquence supérieure d’allèles augmentant l’intelligence dans leur patrimoine génétique (tableau ci-dessous).

genetic intelligence race

AFR pour africains, AMR pour amérindiens, ASN pour asiatiques de l’est, EUR pour européens et SAS pour asiatiques du sud et nord-africains.

Si on prend en considération l’ensemble des variants génétiques augmentant l’intelligence mis en évidence à ce jour, ces allèles sont plus fréquents chez les asiatiques de l’est (Q.I moyen de 105), suivis par les européens (Q.I moyen de 100). Les amérindiens (AMR, Q.I moyen de 86) et les asiatiques du sud et nord-africains (SAS, Q.I moyen de 84) ont une moindre fréquence et les africains sub-sahariens ont la plus basse fréquence de ces allèles.

La fréquence de ces variants génétiques augmentant l’intelligence est donc en concordance avec l’intelligence moyenne des populations.

L’étude estime également plus précisément les fréquences de ces allèles pour différent pays et montre le lien étroit entre le Q.I moyen national et la fréquence de ces allèles dans la population.

i-q-genes-frequencies-differences

Fig. 2 et Fig. 1 ci-dessus extraites de « A review of intelligence GWAS hits: Their relationship to country IQ and the issue of spatial autocorrelation » Intelligence 53 (2015) 43–50.

Conclusion

•“Genome-wide association studies establish that human intelligence is highly heritable and polygenic18

– Nature, 2011.


Références pour l’ensemble de la page

1. « Des gènes au comportement », Plomin, de Fries, Mc Clearn, Rutter, 1997.

2. Tableau inspiré de celui trouvé dans « The I.Q argument. Race, intelligence and education », Hans Eysenck, 1971.

3. « Race differences in intelligence. An evolutionary Analysis », Chapitre 4 pp.29-73, Richard Lynn, Washington Summit Publisher, 2006.

4. La haute stabilité des Q.I raciaux à travers le temps et quel que soit le milieu est la conséquence logique d’une haute héritabilité. Ces informations se retrouvent entre autre dans:
         4.1 -« The global bell curve. Race, I.Q and inequality worldwide », Richard Lynn, Washington Summit Publisher, 2011.

         4.2 -Conférence de J.P.Rushton à American Renaissance « The Heritability of World I.Q Differences », 2010.
         4.3 -« Race differences in intelligence. An evolutionary Analysis« , Richard Lynn, Washington       Summit Publisher, 2006. 

5. De nombreuses études ont été effectuées pour comparer les volumes craniens dans les différentes races. Consulter « Race differences in intelligence » pour un résumé de ces études. Ce tableau récapitulatif se retrouve également dans « Le quotient intellectuel, ses déterminants et son avenir », sous la direction de Serge Larivée, Montréal, 2009. 

6. Graphique extrait de « The g factor », 1998, Arthur R. Jensen.     

7,8,9,10 et 11. « Race differences in intelligence. An evolutionary Analysis« , Richard Lynn, Washington Summit Publisher, 2006. 7. pp.64 8. pp.161 9. pp.119 10. pp.141 11. pp.105 

12. « The Science of Human Diversity », Richard Lynn, University Press Of America, 2001. 

13. « Race », John R. Baker, Oxford university press, 1974. 

14. « Race, evolution and behavior », J.P. Rushton, Charles Darwin Research Institute,  2000.

15. Rushton, J. P., & Rushton, E. W. (2004). Progressive changes in brain size and musculo-skeletal traits in seven hominoid populations. Human Evolution, 19, 173-196.

16. Sonke C.J (2000). Cross cultural differences in simple cognitive tasks:a psychophysiological
investigation. Tilberg: university press. 

17. Karlsson, Jon L. (2009) Major Intelligence Gene Tied to Myopia: A Review. Mankind Quarterly, Vol. 49, No. 3-4 (Spring-Summer 2009).

18. G Davies, A Tenesa, A Payton, J Yang, S E Harris, D Liewald, X Ke, S Le Hellard, A Christoforou, M Luciano et al. (2011) Genome-wide association studies establish that human intelligence is highly heritable and polygenic. Molecular Psychiatry 16, 996-1005 (October 2011).

19. Roth B.M. (2010) « The perils of diversity. Immigration and human nature », Washington Summit Publishers.

20. Piffer D. (2015) « A review of intelligence GWAS hits: Their relationship to country IQ and the issue of spatial autocorrelation«  Intelligence 53, 43–50.